Le musée des Instruments de musique

La ville haute et la place royale

Le musée des Instruments de musique

Nous voici devant la superbe façade du musée des Instruments de musique, occupée autrefois par les grands magasins Old England. En quoi peut-on y voir un bâtiment Art Nouveau ? Il en présente de nombreuses caractéristiques, à commencer par l’omniprésence du fer et du verre.
Ensuite, faire pénétrer la lumière au cœur du bâtiment, c’était une des préoccupations de l’architecture art Nouveau. Utiliser le métal à profusion et le montrer sans aucune honte en était une autre. Jusque-là, le métal était perçu avant tout comme un matériau purement industriel, qui convenait certainement pour construire des usines, mais qui n’avait sûrement pas droit de cité dans des architectures à caractère bourgeois. Or, ici, le bâtiment fut conçu à l’origine pour abriter un grand magasin de luxe, destiné à une clientèle très riche !

En plus de ces deux caractères, un des grands points de l’art nouveau, très présent ici, est l’utilisation quasi exclusive du végétal stylisé comme ornementation. Observons le décor des fenêtres et de la tourelle d’angle, à gauche, par exemple. Vous voyez : ce n’est que feuilles folles et foisonnantes, un peu comme du liseron.

Dans le cas du bâtiment que nous admirons en ce moment, il s’agit d’un véritable phénomène de mode. Il a été construit en 1899, c’est-à-dire à une époque où les premières créations bruxelloises en art Nouveau, celles de Horta en particulier, commencent à être appréciées par un public plus large que ses quelques commanditaires. Les formes Art Nouveau ont un caractère très moderne, progressiste aux yeux des gens. De plus, comme Horta était un architecte très cher, ce style prenait aussi, dans l’esprit des gens, une connotation de luxe certain. Aussi, il pouvait être bienvenu, commercialement, d’exhiber ce style en façade. C’est attractif pour la clientèle, et bon nombre de magasins de luxe ne s’en sont pas privés à l’époque.

Ici, ce n’est pas Horta cependant qui a réalisé cet édifice, mais l’architecte Paul Saintenoy. Saintenoy était un personnage important dans le monde architectural bruxellois de l’époque. Il réalisait surtout des maisons privées. Si Saintenoy a réalisé ici une façade vraiment Art nouveau, c’est à la demande de la direction du grand magasin Old England, le propriétaire d’alors. Mais à part ça, Saintenoy n’était pas un praticien habituel de ce genre d’architecture. Par exemple, sur le même trottoir, une vingtaine de mètres plus bas dans la rue, nous pouvons voir un grand bâtiment de briques à multiples pignons et tourelles, un peu dans le style néo-renaissance ou néo-médiéval. C’est l’ancienne pharmacie Delacre, qui abrite toujours une belle pharmacie néo-gothique au rez-de-chaussée. Et bien, ce bâtiment aussi est de Paul Saintenoy ! On voit bien là que Saintenoy n’a pas vraiment de style qui lui est propre, mais qu’il travaille, et avec qualité, à la demande. Il fait partie de ces architectes de l’extrême fin du 19e siècle que l’on a appelé «néo-éclectiques », c’est-à-dire qui font de tous les styles, y compris de l’art nouveau.

Le musée des instruments de musique, un des plus beaux au monde, fera l’objet d’une visite particulière. Cela dit, nous vous conseillons de monter jusqu’à la cafétéria du 6e.


<< 8 - Le jardin du mont de...         10 - Les sous-sols archéo... >>

Sommaire complet du dossier :