Histoire de Laeken

Laeken : le quartier royal.

Histoire de Laeken

Nous voilà sur le parvis Notre-Dame. Commençons par nous repérer sur cette place. La place est bordée par un grand axe routier : c’est la rue Royale. Cette grande avenue vient directement du centre ville, de la place royale plus précisément, et fut créée à la demande du roi Léopold 2 pour relier le palais résidentiel de Laaken, que nous verrons au cours de notre promenade, et le palais du centre ville, plutôt palais de fonction. Tenons nous sur la place de manière à avoir cette rue royale à notre droite. Face à nous se dresse alors, dans toute son étrangeté, la grande église Notre-Dame. Observez qu’à gauche de l’église, la place continue. Tout au bout, de ce côté, se trouve l’entrée du cimetière de Laaken. Sur notre droite, de l’autre côté de la rue Royale, nous apercevons aussi une entrée monumentale, encadrée de deux piliers de pierre. Cette entrée est inutilisée depuis la fin du 19ème siècle, quand le roi Léopold 2 fit construire plus loin une nouvelle entrée monumentale, dont nous reparlerons.

Bien. Alors commençons par dire quelques mots sur Laaken et son histoire. Le mieux serait peut-être de nous asseoir sur les marches de l’église. C’est là que nous commencerons.

Nous sommes ici à quelques kilomètres du centre de Bruxelles. Laaken était autrefois un petit village rural. Depuis le Moyen Age, sa petite église, dont nous verrons un reste plus loin, était le centre d’un pèlerinage important à Notre-Dame. Cependant, le lieu ne doit son développement urbain qu’à la présence royale, donc seulement au 19ème siècle. Dans les années 1920, Laaken, qui était jusque là une commune autonome, a été rattachée politiquement à Bruxelles Ville.
Nous verrons plus loin les effets de la présence royale. Mais commençons par l’église Notre-Dame. En fait, malgré ses dimensions importantes, elle porte le titre de « chapelle ». Sa conception est due au premier roi des Belges, Léopold premier, qui prit ses fonctions en 1831. Cela nous donne l’occasion de parler de la monarchie Belge. Nous sommes au lendemain de la Révolution de septembre 1830, qui permit à la Belgique d’être, pour la première fois dans l’histoire, indépendante d’un gouvernement extérieur. Depuis 1815, après la chute de l’empire français à Waterloo, l’actuelle Belgique était rattachée aux Pays-Bas, et gouvernée par le roi Guillaume d’Orange, qui résidait alternativement à La Haye et à Bruxelles. Et la révolution de 1830 –donc- mit fin à ce gouvernement, et la nouvelle Belgique, après quelques hésitations sur le type de gouvernement à mettre en place, opta pour une royauté. Le choix se porta sur un prince d’origine allemande, Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha, soutenu notamment par l’Angleterre. Il prêta serment le 21 juillet 1831. Cette date est toujours la fête nationale Belge. Notez que ce roi ne devint pas « roi de Belgique », expression jamais utilisée, mais « roi des Belges », tournure beaucoup plus nuancée et libérale. Roi de Belgique sous entend presque qu’il est le « propriétaire » du territoire et que ses habitants comptent peu. Alors que roi des Belges sous entend qu’il doit veiller aux intérêts des habitants. Ce n’est pas un pouvoir royal dominant et centralisateur qui s’installe, mais plutôt un pouvoir rassemblant des communautés de cultures diverses. La constitution belge de l’époque était d’ailleurs d’un libéralisme unique à l’époque. Elle servira de modèle à d’autres pays par la suite, et notamment à la France, aux lendemains de la révolution de 1848.

Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha s’installe donc sur le nouveau trône. Il règnera jusqu’à sa mort, en 1865. Son fils lui succédera alors. C’est Léopold 2, individu bouillonnant et rêveur grandiose. Son règne marquera l’apogée de la Belgique. Nous en reparlerons. Mais revenons à Léopold premier. Il reçoit, de l’état, le château de Laeken, construit au 18ème siècle, comme lieu de résidence. Imaginez qu’il s’installe donc dans un cadre tout à fait rural, qui n’a rien à voir avec le quartier que nous découvrons aujourd’hui. L’entrée était celle que nous avons déjà décrite, de l’autre côté de la rue royale. Elle donnait sur le centre du village, qui occupait la place où nous nous trouvons.


<< 2 - Le quartier royal : ...         4 - L’extérieur de la ch... >>

Sommaire complet du dossier :