La Casa Lonja

Le barrio de santa cruz et le barrio san bartolomeo

La Casa Lonja

Maintenant, nous sommes sur la Plaza del Triunfo, qui constitue le chœur politique, religieux et économique de l'ancienne Séville. La cathédrale se trouve en face de nous et nous tournons le dos à l'Alcazar. Nous dirons 2 mots de ces édifices.

La cathédrale tout d’abord, cet imposant édifice fut construit à partir de 1401, à l'emplacement d'une ancienne cathédrale, elle-même construite sur l'ancienne Grande Mosquée.
Son nom vient de l'arabe, Al Qasr, qui veut dire le château fort. Il est aujourd'hui encore la résidence de la famille royale d'Espagne, après avoir été le palais des émirs de Séville, au Moyen-âge.

Et sur notre gauche, nous voyons un imposant palais. Il s'agit de la Casa Lonja, l'ancienne bourse de commerce. Parlons-en un peu car elle nous fera évoquer le rôle économique de la ville.
Au 16ème siècle, suite à la découverte des Amériques, Séville est en plein boom économique et attire de nombreux négociants. Ceux-ci se regroupèrent en guilde, sorte d’association professionnelle de l’époque. La plus importante de ces associations était celle des marchands et transporteurs impliqués dans le trafic avec les Indes occidentales, c'est-à-dire avec ce qui est aujourd'hui le continent américain. Ses adhérents créèrent une bourse de commerce et se réunissaient chaque jour dans le patio des orangers, qui jouxte la cathédrale. Cependant, l'archevêque se plaignit du bruit fait par ces réunions de commerçants. Du coup, Philippe 2 décida alors de faire bâtir la Bourse en face du portail sud de la cathédrale, et elle fut finie en 1598.
Ce palais fut bâti sur un plan carré autour d'une grande cour intérieure. Comme on peut le voir, il est à la fois austère et monumental et il témoigne de l'importance de Séville aux 16e et 17e siècles. Durant son âge d'or, Séville était alors le premier port d'Europe, sur le Guadalquivir, situé à une centaine de kilomètres de la mer, vers lequel convergeaient tous les gallions chargés des richesses provenant d'Amérique. Regardons ce palais : il a la forme d'un énorme bloc quadrangulaire. La sévérité de son aspect est accentuée par l'absence volontaire de tout décor sculpté. Seuls les pilastres (ce sont les piliers appuyés contre le mur) et les colonnes qui encadrent les fenêtres viennent rompre la monotonie horizontale de l’édifice. Et regardons les corniches : elles sont horizontales, et cela accentue l'aspect géométrique du bâtiment. Alors, clairement, ce sont des emprunts à l’esprit de la Renaissance Italienne, mais appliqués de façon austère.

Mais au 18e siècle, le commerce décline et surtout, le port de Séville commence à s'ensabler. Du coup, tous les navires accosteront à Cadix, qui donne sur l’Atlantique et la Casa Lonja sera abandonnée. Le roi Charles 3 y installera les Archives générales des Indes et tous les documents relatifs à la découverte du Nouveau Monde. Ces fonds constituent toujours la plus importante source de connaissances sur l'Amérique et le Pacifique du 16e au 19e siècles.
On peut y voir des manuscrits et des objets ayant appartenu à Hernan Cortés et Pizarro, conquérants du Mexique et du Pérou, et à Magellan, qui réalisa le premier tour du monde. Le fameux Traité de Tordesillas par lequel l’Espagne et le Portugal se partagèrent le monde, en 1494, s'y trouve également. Les Archives des Indes détiennent plus de 7000 cartes, plans et dessins, et près de 90 millions de pages manuscrites qui occupent 9 km de rayonnages! Aujourd'hui encore, ce bâtiment est le centre des archives des Indes. Il est ouvert à la visite de lundi au samedi de 10h00 à 16h00 et reste fermé le dimanche.
Si vous le souhaitez, vous pouvez visiter ces magnifiques collections et, quand vous aurez fini, retrouvons nous ici à la sortie et allez au chapitre intitulé « plaza de alianza ».


<< 3 - L’histoire de ce qua...         5 - La petite plaza de l... >>

Sommaire complet du dossier :