L’Auberge du Laurier

Quelle note donneriez-vous à Séville ?

Le barrio de santa cruz et le barrio san bartolomeo

L’Auberge du Laurier

Une fois arrivés sur la place de Los Venerables, quand nous tournons le dos à l'hôpital, portons notre regard vers l'angle formé par la place et la calle Reinoso, en diagonale sur notre gauche : c'est le l'Hosteria del Laurel

Nous apercevons l'Hosteria del Laurel, c'est-à-dire l'Auberge du Laurier. C'est dans cette auberge que se déroule une des premières scènes du Don Juan de Tirso de Molina. C'est là que le héros fait la liste de ses conquêtes féminines. Cette liste inspirera par la suite le fameux air du Catalogue du Don Giovanni de Mozart.
A gauche de cette hosteria, mais de l'autre côté de la calle Reinoso, nous pouvons voir un exemple caractéristique d'habitation traditionnelle du quartier de Santa Cruz.

Les maisons cossues des anciens quartiers de la Reconquista avaient cette topographie traditionnelle. Le rez-de-chaussée était plutôt réservé à l'été, car les pièces y sont plus fraîches durant les heures chaudes. Le premier étage était considéré comme l'étage noble durant l'hiver. Les fenêtres ne comportent pas de volets, mais plutôt des nattes en spart que l'on peut dérouler, depuis le matin, afin de maintenir l'ombre dans la maison pendant le jour. Le spart est une plante, ressemblant à un genre de raffia, que l'on tresse afin d'obtenir ces stores qui isolent bien les intérieurs du soleil brûlant d'Andalousie.
Enfin, les fenêtres sont protégées par des grilles en ferronnerie appelées les cancela. Il existe plusieurs explications à la présence de ces grilles :
- selon certains, il s'agit d'empêcher les galants de s'introduire dans la maison;
- pour d'autres, les ferronneries empêchaient au contraire les jeunes filles de sortir de leur chambre!
- l'explication la plus probable est que les fenêtres devant rester largement ouvertes durant la nuit afin de faire circuler l'air frais, les cancella sont installées afin de décourager les éventuels voleurs d'entrer dans les maisons pendant le sommeil de ses occupants.

Cette tradition des ferronneries ne remonte pas à la période musulmane, mais est une institution chrétienne. En effet, la traditionnelle maison musulmane comporte très peu de fenêtres donnant sur l'extérieur. Les ouvertures sont essentiellement orientées vers les cours intérieures de l'habitation. Cela est dû à la nécessité de protéger l'espace privé de ces maisons et de conserver la fraîcheur.


<< 9 - La façade latérale d...         11 - La Casa de Murillo... >>

Sommaire complet du dossier :