Le couvent de la Madre de dios

Le barrio de santa cruz et le barrio san bartolomeo

Le couvent de la Madre de dios

Revenons sur nos pas, dans la rue Levies et avançons jusqu'au numéro 18.

Au n°18 de la rue Levis se trouve le bar la Carboneria. Comme son nom l'indique, c'était un ancien local à charbon. Aujourd'hui c'est un bar réputé pour ses tapas, son ambiance, mais aussi pour y écouter parfois du flamenco. Il est ouvert tous les jours aux environs de 20H mais l'animation s'intensifie au fur et à mesure que la nuit avance.
Parcourons la rue Levies jusqu'au bout. Nous allons déboucher sur la calle San José.

Prenons immédiatement à droite la Calle San José. Cette rue est le prolongement de la calle Santa Maria Blanca, que nous avons empruntée précédemment. Elle forme la limite entre le Barrio San Bartolomeo et le Barrio Santa Cruz. Avançons de quelques dizaines de mètres jusqu’au couvent Madre de Dios, le couvent de la Mère de Dieu donc. Il sera sur notre gauche, et présente une belle façade blanche, percée de fenêtres empruntant la forme d'étoiles à 8 branches.

Le couvent de la Madre de Dios est un établissement de dominicaines installé en 1496 dans une synagogue.
Sachez que cet ensemble de bâtiments fut réquisitionné par le Saint-Office. Le Saint-Office était le nom utilisé pour désigner l'inquisition, qui avait son siège à Séville jusqu'au 17e siècle. Voyons maintenant les fenêtres qui percent le mur du couvent : leur forme d'étoiles à 8 branches témoigne que, au cours du 14e siècle, les juifs, comme les chrétiens, n'hésitaient pas à s'adresser à des ateliers mudéjars pour construire leurs lieux de culte.
Mais au fait, que signifie le mot "mudéjar" qui est si souvent employé pour décrire certains monuments de Séville ? Le mot mudéjar désigne un style qui fut pratiqué par des artistes musulmans qui travaillaient, à partir du milieu du 13e siècle, pour le compte des chrétiens et des juifs dans l'Andalousie reconquise par les chrétiens. C'est un style souvent exubérant, qui mélange des motifs orientaux à des motifs gothiques. Nous en verrons un très bel exemple à l'Alcazar.
Ainsi, avec ce bâtiment, une synagogue transformée en église et décorée par des artistes musulmans, nous pouvons constater une nouvelle fois à quel point l'histoire de l'Andalousie est inscrite sur les murs de ce quartier.


<< 18 - La plaza de la Merce...         20 - La plaza de Padre de... >>

Sommaire complet du dossier :