La coupole de Forster

Le bundestag et le quartier du gouvernement

La coupole de Forster

Nous allons désormais pénétrer dans le Bundestag et nous rendre par ascenseur sur la Terrasse. Nous voici devant l’entrée de la coupole. Admirons la structure d’ensemble. Après la découverte de la façade sévère et chargée d’histoire que nous avons pu observer depuis l’extérieur, nous voici projetés en plein 21e siècle. Cette gigantesque structure de verre et de métal semble comme une sphère légère et éthérée, comme en apesanteur. Entièrement circulaire, elle est formée de plaques de verre que réunissent des montants en aciers. Nous voyons de hauts montants verticaux et d’autres horizontaux qui semblent quadriller la coupole comme une cage de verre. Avec humour, les Berlinois surnomment cette structure « le cuiseur d’œufs ». L’architecte de cette construction est l’anglais Sir Norman Forster. Il dirige un véritable empire architectural qui est le plus actif de la planète avec des bureaux à Londres, Tokyo, Hongkong, Frankfort sur le Maine et Berlin. Rien qu’en Allemagne, il dirige actuellement 70 chantiers. Il fut rendu célèbre par l’édification de la Hongkong and Shanghai Bank, une tour haute de 180m à Hongkong en 1986. Actuellement, il dirige d’une main de maître l’aménagement de l’aéroport de Pékin, le plus vaste projet du monde.
Entrons sous la coupole et restons un instant au niveau face au gigantesque cylindre central couvert de miroirs.

Mais pourquoi ce cylindre central ? L’idée vient de Foster. Ce cylindre permet d’empêcher que la coupole n’écrase le bâtiment et ainsi ne donne une trop grande impression de massivité. En effet, le regard, sans cela, serait happé vers le haut uniquement. Alors que là, très naturellement, le regard qui monte vers la coupole redescend sur le cylindre ; ce qui donne plus d’équilibre à l’ensemble. Mentionnons que les miroirs recouvrant le cylindre symbolisent la transparence de la démocratie. Et ce cylindre a aussi une fonction technique révolutionnaire. En effet, il s’enfonce dans la salle des séances plénières située en dessous ou sa pointe domine le plafond. Et ainsi, les miroirs réfléchissent la lumière dans la salle afin de diminuer l’éclairage artificiel. De plus, il filtre l’air de la salle pour l’évacuer au sommet de la coupole. Tout autour du cylindre, nous voyons une rampe s’élever vers le sommet et sur laquelle se déplacent les visiteurs. Il y a en fait deux rampes en spirale qui ne s’entrecroisent jamais : l’une à la descente, l’autre à la montée.


<< 5 - L’extérieur du Bunde...         7 - Un panorama sur l’ou... >>

Sommaire complet du dossier :