Un panorama sur l’ouest de Berlin

Le bundestag et le quartier du gouvernement

Un panorama sur l’ouest de Berlin

Nous allons maintenant découvrir le panorama exceptionnel qu’offre la plate-forme située à 50 mètres au sommet de la coupole. De celle-ci, le regard embrasse tout Berlin. Prenez la rampe située à droite de l’entrée et maintenant bonne ascension. Elle est peu fatigante, car elle s’élève en pente douce et est munie de paliers pour faciliter la marche. Nous nous retrouvons au sommet. Au fur et à mesure de notre montée, nous avons pu nous apercevoir combien la ville était étendue. De-ci, de-là, des monuments apparaissent. Mais quels sont-ils ?

Pour découvrir le panorama au mieux, traversons la plate-forme droite devant nous en laissant derrière nous le cylindre central entouré d’un banc.

Maintenant, regardons en hauteur. Le dôme est-il fermé ou non ? Il est bien fermé par une immense plaque de verre circulaire. En revanche, il est ouvert sur les bords de la plaque pour laisser circuler l’air. Si le sommet n’était pas recouvert de cette glace, le dôme serait envahi d’eau ou de neige les jours de mauvais temps.
Regardons désormais ce paysage. Nous allons faire progressivement le tour en nous déplaçant lentement vers la gauche. Ici, nous n’apercevons qu’une immense forêt devant nous. Il s’agit du Tiergarten, ce grand parc de 220 hectares. A l’origine, il servait de réserve de chasse aux souverains prussiens et était situé en dehors des murs de Berlin. Au 18e siècle, le roi Frédéric 2, qui détestait la chasse, décida de l’ouvrir au public et d’en faire un jardin d’agrément. La structure actuelle est le résultat des transformations du 19e siècle, et le Tiergarten fut transformé en parc à l’anglaise où la nature domestiquée semble, mais semble seulement, grandir sauvagement.

Devant le parc, au pied du Bundestag, nous voyons la grande pelouse de la place de la République avec au fond le toit en forme de V rentrant vers l’intérieur, de « la Maison des Cultures du Monde ». A droite de cette dernière, nous observons sans difficulté l’étrange construction blanche et en verre de la chancellerie. Et maintenant, à gauche de la « maison des cultures du Monde », nous voyons dépasser la tour noir du carillon édifié pour les 750 ans de la fondation de Berlin. Il est facile à reconnaître avec ses 4 pilons noirs couronnés par un toit plat qui dépassent des arbres. Concentrons-nous à l’arrière-plan et un peu à gauche du carillon, nous voyons dépasser une colonne avec une sculpture dorée à son sommet. Sans doute l’avez-vous déjà deviné, il s’agit de la colonne de la Victoire, la fameuse « Siegessäule »

Elle est située au milieu du parc depuis 1936 et marque le centre de la grande artère du 17 juin qui traverse la ville d’est en ouest. L’avenue fut baptisée 17 juin en souvenir du soulèvement des Allemands de l’est contre les chars soviétiques en 1953. Malheureusement, cette révolte fut écrasée dans le sang et la dictature communiste continua à s’imposer d’une main de fer.
En tournant légèrement vers la gauche, nous voyons à l’horizon un groupement de grands immeubles dont le plus haut porte le sigle de Mercedes qui tourne, le voyez-vous ? Il s’agit de la city West, c’est à dire le cœur de Berlin ouest avec la tour de l’Europa Center construite en 1963. L’Europa Center est le premier Shoping center d’Europe. C’est à cet endroit que commence la fameuse avenue commerciale du « Kufürstendamm ». Regardons encore vers le Europa Center, et regardons légèrement sur sa droite. On y voit un grand immeuble blanc et devant celui là, on voit une tour sombre brisée à son sommet, une sorte de clocher. Il s’agit de la ruine de la fameuse église du souvenir. Cet église fut inaugurée en 1904 en souvenir de l’empereur Guillaume 1er. Elle fut presque totalement détruite par les bombardements anglo-américains. Il n’en reste que la tour de la croisée du transept dont le sommet fut brisé par un obus. Elle a été conservée en l’état comme mémorial aux morts de la Seconde Guerre mondiale.

Continuons à nous déplacer vers la gauche. Au milieu des arbres, un peu plus près de nous, nous voyons dépasser une sculpture en bronze vert. Regardez bien, il s’agit d’un soldat ! Ce soldat fut érigé ici par les Soviétiques pour rappeler la prise de Berlin par l’Armée Rouge en juin 1945. Nous le verrons de plus prêt après la visite du Bundestag. Élevons maintenant notre regard vers le fond du Tiergarten, un peu à gauche du monument soviétique. Nous voyons dépasser un bâtiment étrange et irrégulier de couleur jaune. Sa toiture géométrique forme des pointes triangulaires de diverses hauteurs. Il s’agit du siège de la Philharmonie de Berlin, cet orchestre mondialement célèbre. La philharmonie fut construite par l’Allemand Hans Scharoun en 1963. Le revêtement extérieur en plaques d’aluminium ne fut rajouté néanmoins qu’en 1980. Ce bâtiment est à la base d’un grand projet culturel qui réunira salles de concert, bibliothèques et plusieurs musées. Cet emplacement porte le nom de Forum culturel.
À gauche de la Philharmonie qui en marque l’extrémité, nous voyons un vaste complexe d’immeubles modernes dominé par une tour de verre très haute et avec un toit en forme de tente au milieu. Peut-être avez-vous déjà visité cet endroit. Il s’agit de la Potsdamer Platz. La plus grande tour de verre à gauche qui s’élève sur 103 mètres et le toit en tente appartiennent au domaine de la société japonaise Sony et furent conçus par l’architecte américain d’origine allemande Helmut Jahn. Ce fut le plus grand chantier de construction d’Europe au milieu des années 1990. Et jusqu’en 1989, il y avait à cet emplacement le no man’s land séparant les zones soviétiques et alliées. Cette place fait l’objet d’une visite à part entière intitulée « la postdamer platz ».

Désormais, sur la gauche de cette place, commence l’ancien Berlin Est. Tout ce qui se situe désormais au fond et sur votre gauche est l’ancienne capitale de la RDA. Tournons-nous lentement, toujours vers la gauche, jusqu’à la porte de Brandebourg. Elle est couronnée par le fameux quadrige, ce char en bronze tiré par 4 chevaux et nous apercevons une déesse ailée tenant les rênes du char. La porte, avec son quadrige, fut construite à partir de 1789 pour marquer l’entrée dans le centre de Berlin qui se trouvait au bout de l’avenue Unter den Linden. La partie Ouest de la ville s’est donc construite et peuplée surtout à partir du 19e siècle. Et Berlin Est, occupé par les Russes, comprenait en fait le vieux Berlin.


<< 6 - La coupole de Forst...         8 - Un panorama sur l’es... >>

Sommaire complet du dossier :