L’église Saint-Louis-en l’Ile

Le charme de l'ile saint-louis

L’église Saint-Louis-en l’Ile

Vous êtes à l’angle de la rue Poulletier et de la rue Saint-Louis en l’Ile. Allons maintenant devant le 19bis rue Saint-Louis-en-l’Ile, devant l’église Saint-Louis-en l’Ile.

Comme vous le voyez, l’église n’est dégagée que sur un côté, celui où se trouve l’entrée. On ne peut donc en faire le tour. Observons son bizarre clocher à flèche de pierre : il a été construit en 1765 après que la foudre ait détruit le clocher d’origine.
Si l’église est ouverte, entrons.

L’église paroissiale du nouveau quartier, qu’était l’île Saint-Louis, devait être digne de ses paroissiens. La chapelle provisoire de 1623 a donc été remplacée par une belle église de style classique, pratiquement sans architecture extérieure, puisqu’il n’y avait pas de recul pour l’admirer. Sa richesse architecturale se concentre donc à l’intérieur : tout d’abord, remarquons ses pilastres corinthiens, avec leurs chapiteaux à feuilles d’acanthe. Les dorures, tout à fait superflues selon nous, ont été ajoutées sous le Second Empire. L’architecte est ici encore Louis Le Vau. A l’exception d’un don de Louis 14, l’argent nécessaire à sa construction provient essentiellement des paroissiens eux-mêmes, sous forme de souscriptions, de dons, et pour finir d’une loterie. Cette difficulté de financement explique que l’église fut bâtie sur 70 ans. Les travaux de l’église, commencés en 1656, étaient loin d’être terminés à la mort de Le Vau en 1670. Ils allaient durer encore jusqu’en 1726. Et les œuvres d’art que renferme l’église n’y sont que depuis le 19e siècle. Cela dit, plusieurs sont de qualité. Prenez la peine de faire le tour des chapelles latérales : vous y verrez, entre autres, des albâtres anglais du 15e siècle ainsi qu’une peinture de la Renaissance vénitienne. Elle se trouve dans la 2e chapelle à gauche après l’entrée. Elle représente le Repas d’Emmaüs, et est attribué à Titien, ou bien à son frère, Francesco Vecellio.

Laissons derrière nous l’église et prenons la rue Saint-Louis en l’Ile sur la gauche jusqu’à la rue des 2 ponts. Ne soyez pas surpris de voir, en été, une file d’attente sur le trottoir de gauche : c’est pour le glacier Bertillon, une véritable institution îlienne et parisienne. C’est dans cette rue, au pied de ses hauts immeubles bourgeois que se concentre la vie, l’animation qui semblent avoir déserté les quais.

Prenons maintenant la rue des 2 ponts à gauche, puis à gauche le quai de Béthune et arrêtons-nous devant le nº 36.


<< 9 - Le Quai de Béthune...         11 - La Bibliothèque polo... >>

Sommaire complet du dossier :