La majestueuse statue équestre de bronze

Le château de charlottenburg et son quartier

La majestueuse statue équestre de bronze

Tournez-vous maintenant vers la Statue équestre au milieu de la cour. Depuis votre arrivée dans la cour d’honneur, vous vous demandez sans doute qui représente cette majestueuse statue équestre de bronze. Admirez la fière allure du cavalier vêtu d’une cuirasse et d’une cape comme un empereur romain. Alors de qui s’agit-il ? Et qui est l’auteur de cette sculpture ? Alors, voilà : les cheveux sont longs et bouclés à la façon d’une perruque du 17e siècle. Le cheval a une posture académique : dans la position du trot avec une patte levée. Aux 4 angles de ce dernier se tiennent assis 4 personnages masculins tantôt jeunes, tantôt plus âgés avec une barbe. Ces personnages de bronze portent tous un costume antique. Celui de gauche quand nous faisons face au cheval, est vêtu d’une cuirasse et d’une grande cape, tandis que celui de droite a une toge courte un peu comme une sculpture grecque antique. Mais surtout, ses hommes sont enchaînés. Nous voyons une menotte refermée sur l’un des poignets et une chaîne pendant. Ces 4 figures symbolisent des prisonniers ou des esclaves que le cavalier a conquis. Nous avons ici une œuvre très proche des statues équestres montrant le roi de France Louis 14. Il s’agit en effet d’une sculpture qui fut fondue à Berlin d’après le modèle français. Mais avant de découvrir l’identité du personnage, admirez un instant la beauté du Bronze. Elle fut restaurée en 2004 et brille de tout son éclat. Regardez les détails des prisonniers.

La perfection de la représentation anatomique des corps, la musculature parfaitement dessinée des jambes ou des bras. Voyez-vous le superbe travail des chevelures dont les boucles sont rendues avec un réel effort de réalisme. Mais qui est donc ce personnage équestre ? Il s’agit du prince-électeur Frédéric Guillaume Ier qui régna de 1640 à 1688. Il est à la base de la puissance de la Prusse. Lorsqu’il monte sur le trône, son pays est petit et pauvre. Mais il sut s’allier avec de nombreux pays ennemis de la France, dont la Hollande. Sa femme était d’ailleurs issue de la maison des Orange Nassau, famille royale des Pays-Bas. En 1685, il eut le trait de génie de publier l’édit de Potsdam qui ouvrait son pays à toutes les confessions religieuses. Ainsi quelques 20 000 Huguenots,- les français protestants- vinrent se réfugier en Prusse. Ils avaient été chassés par Louis 14 lorsque celui-ci avait révoqué l’édit de Tolérance religieuse, vieux d’un siècle et qui autorisait l’exercice de toutes les religions. Du coup, beaucoup d’artisans et d’ingénieurs protestants français apportèrent leur savoir à Berlin. Car les protestants faisaient le plus souvent partie des classes les plus éduquées de la population. Et c’est à partir de cette époque que Berlin devint une puissance industrielle et politique importante.

Mais revenons sur cette sculpture : elle fut fondue en 1700 en un seul bloc  grâce au procédé dit de la cire perdue: c’était une prouesse pour l’époque. L’artiste réalise un moule grandeur nature qui est empli à l’intérieur avec de la cire. Puis, lorsque le bronze coule, la cire fond et le bronze en fusion prend sa place. Mais qui en est l’auteur ? Et bie, c’est l’un des plus grands sculpteurs prussiens de l’époque Baroque : il s’agit Andreas Schlüter. Si vous êtes allés sur Unter den Linden, vous avez sans doute vu l’Arsenal. Schlüter est l’auteur des sculptures magnifiques de ce bâtiment. Il fut également un très grand architecte et il construisit pour Frédéric 1er le château royal de Berlin malheureusement détruit.


<< 6 - L’histoire du châtea...         8 - La Nouvelle aile du ... >>

Sommaire complet du dossier :