Le lac de Charlottenburg

Le château de charlottenburg et son quartier

Le lac de Charlottenburg

Continuons de descendre l’allée centrale jusqu’au bord du lac situé droit devant nous. Nous nous retrouvons en haut des marches conduisant vers l’eau. Nous ne vous proposons pas de vous baigner, mais en revanche de profiter de la belle vue qu’offre cette étendue d’eau et son rideau d’arbres dans le fond. Nous nous croyons presque devant une forêt. Charlottenbourg offre en réalité deux styles de jardin différents. Pour comprendre, tournez le dos au lac et regardez en direction du château.

C’est une vue majestueuse et même, disons-le royale ! Regardez bien au fond de la perspective : nous voyons la longue façade régulière du château avec son corps central bien mis en valeur grâce à sa tour. Voyez-vous cette partie ? Elle est soulignée par de hautes fenêtres arrondies au sommet. Et cela, contrairement au reste de la façade qui est percé uniquement de fenêtres rectangulaires. Nous avons donc un bel exemple de façade baroque dont le corps central est mis en avant et les façades de chaque côté sont strictement identiques pour conserver une symétrie. Et devant le château un peu surélevé sur une terrasse : que voyons-nous ? Et bien, un beau jardin avec ses allées régulières, ses parterres de broderie et ses vases dorés. Bref, une belle perspective, n’est-ce pas ? Retournez-vous maintenant vers le lac.
Et là, l’effet est totalement inverse. Nous voyons des arbres qui semblent pousser naturellement sans l’aide de l’homme, un lac de forme quelque peu irrégulière. A l’horizon, nous voyons même un petit pont de métal. Nous avons ici un exemple de parc dit à l’anglaise. Le jardin français s’arrête au bord de l’eau près des marches. Voyez-vous les sculptures d’enfants joufflus près de l’eau. Ils furent sculptés au milieu du 18e siècle et achèvent la partie baroque. Ils sont comme ceux de la galerie dorée, joueurs et potelés. Ensuite avec l’eau et les allées latérales commence le parc à l’anglaise. C’est à dire paysager. Le jardinier l’a conçu de telle sorte que le visiteur pense que la nature est libre. Mais si vous regardez attentivement : rien n’est réellement naturel et les arbres sont groupés par essence pour ménager des effets de surprise grâce aux harmonies de feuillages. Ce type de parc naquit à l’extrême fin du 18e siècle et, comme son nom l’indique, il naquit en Angleterre. Ensuite, il connut une grande mode sur le continent. Le jardinier qui a dessiné le parc de Charlottenburg a également réalisé le fameux Tiergarten au centre de Berlin. Il s’appelait Lenné.


<< 16 - Le jardin baroque du...         18 - Le mausolée funérair... >>

Sommaire complet du dossier :