La Mairie de Charlottenburg

Le château de charlottenburg et son quartier

La Mairie de Charlottenburg

Toujours en gardant l’église Louise dans votre dos, allez jusqu’au bout de la rue. Vous traversez tout droit la rue perpendiculaire dénommée Wilmersdorfer et continuez jusqu’à la station de métro « Richard Wagner ». Nous vous retrouvons devant cette station. Cette marche dure 4 minutes.

Êtes-vous devant la station de métro ? Regardez la grande rue à forte circulation qui passe devant la station : très laide n’est-ce pas ? Il s’agit de la « Otto Suhr Allee » qui conduit directement dans le centre de la capitale. Elle est naturellement le résultat des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Mais à droite vous devez voir dépasser une immense tour grise en pierre massive. Il s’agit de la Mairie de Charlottenburg. Elle est écrasante avec son immense tour. Ceci est un monument un peu surprenant. Vous avez peut-être déjà vu la fameuse mairie rouge, c'est-à-dire la mairie centrale de Berlin qui se situe sur la Alexanderplatz. Dans un autre style architectural, le bâtiment situé devant nous est presque aussi important. Mais pourquoi donc ? Nous l’avons expliqué précédemment : Charlottenburg ne fut rattachée à Berlin qu’en 1920. Et auparavant, la ville était la plus riche de Prusse. Et elle se devait d’avoir une Mairie qui reflète cette richesse. Regardons un peu ce bâtiment. Il est dominé par cette tour massive de 86 mètres de hauteur. Un petit détail amusant, l’empereur Guillaume 2 détestait cette construction, car la tour est plus haute que celle du château. Aussi le symbole de la bourgeoisie était plus important que celui de la Monarchie. Après l’inauguration de la mairie, le souverain fit interdire que ses calèches et voitures passent par cette rue. L’empereur ne faisait pas preuve de beaucoup d’ouverture d’esprit !
Et avouons-le, il s’agit réellement d’un bâtiment monstrueux! Mais nous tenions quand même à vous le montrer, car il est typique du règne de Guillaume 2. L’architecte a tenu à laisser la pierre apparente sur toute la façade qui est percée d’immenses baies. Nous voyons également de nombreuses têtes et sculptures stylisées. Elles sont très géométriques et correspondent à l’art nouveau qui fit rage en Allemagne dans les années 1890-1910, époque où le bâtiment fut construit. Il n’est peut-être pas nécessaire de s’attarder trop longtemps devant, mais elle permet d’achever notre visite qui nous a conduits du baroque à l’aube du 20e siècle en passant d’une construction royale de plaisance au triomphe de la bourgeoisie.

Vous pouvez tranquillement prendre le métro ou pour les plus courageux retourner vers le château afin de visiter les Picasso et Matisse conservés dans le pavillon Berggruen de la garde.


<< 22 - La maison Numéro 13...         

Sommaire complet du dossier :