L’église de la Sainte Trinité

Le chateau et le quartier de mirabelle

L’église de la Sainte Trinité

Nous allons maintenant découvrir l’église de la Sainte Trinité, le chef-d'œuvre de la place. Tournez le dos à la maison de Doppler et traversez tout droit la place. Nous nous retrouvons devant la façade de l’église.

Mais déjà, n’êtes-vous pas un peu surpris de voir cette magnifique église enfermée entre ces bâtiments ? De plus, remarquez comme ces deux bâtiments sont exactement identiques. Ils ressemblent un peu à 2 palais jumeaux de fière allure. Ils ont une structure assez sévère avec leurs trois étages de fenêtres régulières. Le rez-de-chaussée est marqué par des bandes de pierres apparentes, tandis que les deux étages supérieurs sont lisses et ornés de doubles pilastres séparant les hautes fenêtres. Il s’agit encore une fois d’une structure architecturale importée d’Italie. Le rez-de-chaussée rappelle un peu une forteresse pour montrer la puissance du bâtiment, tandis que les étages sont agrémentés de hautes fenêtres, de pilastres et diverses décorations pour mettre en valeur la richesse et le côté palatial de l’édifice. Vous avez peut être déjà deviné pourquoi cette superbe église est incorporée au milieu de ce complexe architectural.

Il y a deux possibilités. Soit elle appartient à un monastère ou couvent, soit elle sert de paroisse à une université ou école. Et c’est le cas ici. Le prince évêque Johann Ernst, comte Thun, qui régna de 1687 à 1706 voulait offrir à Salzbourg un séminaire pour les futurs prêtres. Et il fit construire ce collège ecclésiastique dans cette partie de la ville, qui, à l’époque, était très peu bâtie. A ce séminaire, il ajouta une école très élitiste, le collegium Virgilianum qui recevait 6 étudiants issus de l’aristocratie. Les bâtiments que nous admirons à droite et à gauche de l’église servaient tout simplement d’école tandis que l’église en était le lieu de culte. A partir de 1775, il fut rajouté la pagerie, c’est-à-dire l’institut chargé de formé les pages de la cour. Quant à l’aspect italien de ces bâtiments, il fut imposé par l’architecte qui avait longtemps travaillé à Rome. Il s’agit ni plus ni moins du plus grand architecte baroque autrichien : Johann Bernhard Fischer von Erlach. Né à Graz en 1656, Fischer von Erlach était le fils d’un sculpteur. Après un premier enseignement chez son père, il partit à 14 ans pour Rome afin d’y étudier l’architecture. Il revint en Autriche en 1686 pour s’installer à Vienne où il entra au service de l’empereur. Il est considéré comme le fondateur du baroque autrichien. A Salzbourg, il réalisa pas moins de 4 églises et fournit des plans pour la résidence princière. Son œuvre la plus importante reste la monumentale église de Charles Borromée à Vienne.


<< 7 - La maison de Christi...         9 - L’église de la Saint... >>

Sommaire complet du dossier :