L’église de la Sainte Trinité : la façade

Le chateau et le quartier de mirabelle

L’église de la Sainte Trinité : la façade

Nous allons nous concentrer un peu plus sur cette église qui marque l’accent dominant de la place. Ce chef-d'œuvre consacré à la Sainte Trinité occupe une place particulière dans la production de Fischer von Erlach car il s’agit de sa toute première commande ecclésiastique. Ainsi ici à Salzbourg, il put faire preuve pour la première fois de son talent et mettre en pratique les leçons apprises en Italie.:
Naturellement, nous remarquons surtout les deux magnifiques tours encadrant la belle façade concave. Mais regardez bien, l’église s’harmonise à la perfection avec les palais du séminaire. En effet, Fischer von Erlach a gardé les mêmes principes décoratifs pour la façade.
Au rez-de-chaussée au milieu duquel s’ouvre la porte, il a appliqué des grandes bandes de pierre, tandis que les étages sont à nouveau recouverts d’un enduit lisse et ornés d’immenses pilastres et colonnes. La forme générale de la façade en arc de cercle fut inspirée par l’église romaine de Saint Agnès qui fut édifiée par Francesco Borromini en 1657.

Pour conserver la pureté des formes architecturales, Fischer a évité d’encombrer son bâtiment avec un trop grand nombre de sculptures. Nous n’en voyons que 4 dressées au dessus de la façade et se détachant devant la haute coupole. Ces sculptures forment deux groupes situés à gauche et à droite d’une grande cartouche portant des armoiries. Regardez un instant ces dernières. Elles sont couronnées d’un chapeau plat d’ecclésiastique, tandis que dépassent une longue croix dorée et une crosse également dorée. Vous l’avez compris, il s’agit du blason d’un prince de l’église et ici naturellement du commanditaire du bâtiment ? Le prince Johann Ernst comte de Thun. Regardons maintenant les 2 paires de statues en commençant à droite. Elles sont reconnaissables aux attributs qu’elles tiennent et symbolisent les vertus.
Regardons-les en partant de la droite. Nous remarquons qu’il s’agit uniquement de femmes vêtus de grands drapés à l’antique. La première est assez facile à reconnaître car elle lève une croix sur son épaule. La croix fait allusion au christ et cette femme personnifie la foi. La seconde figure située à sa gauche s’appuie sur une grande ancre. Il s’agit de l’espérance.
Portez maintenant le regard sur la paire de gauche. La femme située à l’extrême gauche se penche avec tendresse vers un enfant nu. Elle correspond à la charité toujours montrée en compagnie d’enfants qu’elle protége. Enfin, la dernière figure dressée à sa gauche personnifie la Sagesse, mais cette fois sans attribut.


<< 8 - L’église de la Saint...         10 - L’intérieur de l’égl... >>

Sommaire complet du dossier :