Le groupe d’Enée

Le chateau et le quartier de mirabelle

Le groupe d’Enée

Tournons-nous de nouveau en direction du jardin et de la grande façade du château. Nous voyons de nouveau 4 grandes sculptures blanches encadrant le jardin à gauche et à droite. Elles sont beaucoup plus imposantes que celles que nous venons de commenter et surtout elles forment des groupes à chaque fois de 2 personnages. Nous vous proposons de nous approcher du premier groupe situé à votre droite. Pour cela, contournez le jardin par l’allée de droite et arrêtez-vous devant le premier groupe.

Admirez la qualité de ce travail. Nous allons le décrire. Vous devez remarquer au premier coup d’œil que le sculpteur qui réalisa ce groupe avait beaucoup plus de compétence que l’auteur des divinités que nous avons rencontré précédemment. Ce groupe, comme les trois autres ornant les parterres, fut réalisé en 1690 par le sculpteur Ottavio Mosto d’après les dessins de Johann Bernhard Fischer vont Erlach. Vous vous souvenez, Fischer Von Erlach fut l’architecte de l’église de la Sainte Trinité rencontrée tout à l’heure.
La sculpture montre toutes les ressources de la mise en scène baroque. On voit des personnages qui se dressent sur un haut socle formé de blocs de pierres superposées et placées en désordre. Regardez bien ce socle : nous pouvons y reconnaître également des éléments architecturaux brisés comme des colonnes et des chapiteaux. Et si on fait attention, nous voyons également des flammes sculptées s’élevant au milieu des pierres. Vous les voyez ? Et bien, vous l’avez deviné : cette scène évoque un monument en ruine et incendié. Maintenant, levons le regard vers le groupe. Nous avons trois personnages. Un puissant guerrier vêtu d’une armure antique et coiffé d’un casque portant un vieillard dénudé à la musculature encore saillante. Devant ce groupe marche un enfant. Regardez comme ce groupe est mouvementé. Les personnages sont en déséquilibre et ont des mouvements très chantournés. Nous pourrions presque parler d’un ballet. Mais qui sont ces personnages et pourquoi ces ruines ? Ces dernières sont les ruines de la Ville de Troie en flamme que viennent de détruire les Grecs. Vous connaissez certainement l’histoire du cheval de Troie. Quant au soldat, il s’agit du héros Enée qui porte sur ses épaules son père Anchise et est précédé de son fils Ascagne. Ils s’enfuient de leur cité en flamme pour s’embarquer sur la mer afin de fonder une nouvelle patrie ; cette patrie sera Rome. Mais en quoi peut-on dire que ces œuvres sont baroques et de qualité ?
Le baroque aime le mouvement et l’exagération des expressions. Regardez bien comme ses statues bougent, se meuvent sur leur socle. Nous avons presque le sentiment de voir un ballet. Les corps forment de véritables courbes, la position des jambes est presque en déséquilibre. Voyez comme les mouvements des bras sont dramatiques pour augmenter les expressions comme dans la statue suivante située à droite. D’ailleurs, le sculpteur a presque exagéré les musculatures comme nous pouvons le constater sur le corps d’Anchise : nous voyons un vieillard possédant la musculature d’un Apollon ! Les visages sont parfaitement réalisés et tendus par l’action.


<< 14 - Les sculptures du ja...         16 - Le groupe de Paris ... >>

Sommaire complet du dossier :