Le château de Mirabelle

Le chateau et le quartier de mirabelle

Le château de Mirabelle

Retrouvons-nous devant la grande porte située sous le balcon. Passez la porte d’entrée et restez sous la voûte portée par des piliers.

Levons les yeux vers la voûte. Et qu’est ce que nous voyons ? Des stucs, encore des stucs, toujours des stucs. Et cette abondance de stuc est surprenante après la façade sobre que nous avons vue. Mais que voyons-nous sur ces stucs à fond blanc ? De fines guirlandes de fleurs, des entrelacs, des oiseaux échappés de la volière ? et des palmettes. Regardez comme il y a une belle alternance entre la couleur blanche de la voûte proprement dite et le rose des arcatures liant les piliers entre eux. Regardez à votre gauche quand vous tournez le dos à la porte par laquelle vous êtes entrés. Vous voyez une porte vitrée. Franchisez là, elle conduit vers le magnifique escalier du château. Nous vous retrouvons dans le hall juste après la porte.

Là encore, une entrée raffinée avec des stucs au plafond et des pilastres imitant le marbre. Regardez sur votre gauche en entrant : il y a une maquette du château de Mirabelle. Approchez-vous un instant de cette dernière.

La maquette semble plus impressionnante que le château lui-même n’est-ce pas ? En fait, le château de Mirabelle était une résidence d’été. Profitons d’avoir la maquette sous les yeux pour résumer un peu l’histoire de cette résidence. Le premier château fut édifié en 1606 par le prince évêque Wolf Dietrich von Raittenau pour sa maîtresse Salomé Alt. Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces personnages si vous avez suivi les promenades consacrées à la vieille ville de Salzbourg et à la résidence. Wolf Dietrich fut un prince très éclairé qui voulut transformer Salzbourg en Rome autrichienne. Nous lui devons les grandes places de la cité ainsi que les premiers projets pour la résidence princière et la cathédrale. Mais au-delà de ses qualités, ce prince de l’Église n’avait pas renoncé aux plaisirs de la chair et eut une liaison scandaleuse avec une jeune femme qui lui donna de nombreux enfants. C’est pour cette dernière qu’il fit construire le premier château de Mirabelle en dehors de la ville.
Mais le véritable commanditaire du château que nous voyons sur cette maquette fut le prince Harrach qui régna de 1709 à 1727. Il chargea le génial architecte viennois Johann Lucas Von Hildebrandt de la construction que nous avons sous les yeux. Ce dernier avait été formé à Rome et connaissait très bien l’architecture contemporaine italienne et française. Il travailla également pour la cour impériale à Rome. Et maintenant, regardons la maquette : la construction est assez simple. Nous voyons 4 corps de bâtiment réguliers qui entourent une cour intérieure. Nous verrons cette dernière en fin de visite. Les fenêtres, comme nous l’avons remarqué à l’extérieur, sont percées en rangées superposées rythmant la façade. L’entrée principale se faisait par la porte surmontée d’une tour que nous voyons devant vous. Nous avons pénétré ici à l’opposée par la façade sur le jardin. Cette tour est très délicate avec sa toiture verte très compliquée et en bulbe. Il s’agit d’un élément typique du style de Hildebrandt. Il l’a repris à Vienne pour le palais du prince Eugène, le célèbre Belvédère que vous avez peut-être déjà visité. La maquette nous présente l’état du château au 18e siècle. Malheureusement, un incendie détruisit l’intérieur en 1808 et le château fut simplifié. En particulier la tour, que nous voyons sur la maquette, fut rasée après l’incendie.


<< 20 - La façade du château...         22 - Georg Raphaël Donner... >>

Sommaire complet du dossier :