La grande salle des fêtes

Le chateau et le quartier de mirabelle

La grande salle des fêtes

Vous pouvez entrer dans la grande salle par la porte de gauche. Il est cependant possible qu’elle soit momentanément fermée car elle est utilisée pour les mariages. En particulier, beaucoup de Japonais et de Coréen viennent s’unir à Salzbourg car la ville est une magnifique toile de fond pour les photos de mariage. Vous traversez tout droit une antichambre puis vous pouvez apercevoir la grande salle des fêtes.
Surprenant n’est-ce pas ? Nous pouvons parler d’une véritable débauche de marbre coloré et d’or. Enveloppez du regard ce fabuleux espace avec ses murs recouverts de marbre et ses fins ornements dorés. Admirez également le sol plaqué de marbre formant des dessins géométriques. Un superbe travail sur lequel nous allons nous attarder quelques instants. C
Cette salle reflète à merveille la richesse des princes évêques de Salzbourg. Surtout lorsque nous pensons que Mirabelle ne fut qu’une résidence secondaire, un refuge estival. La salle en question est un parfait exemple de décoration intérieure autrichienne datant du début du 18e siècle, comme nous pouvons en voir dans des monastères édifiés par Hildebrandt. Analysons un instant les caractéristiques. Tout d'abord, nous remarquons la hauteur de cette salle : elle s’élève sur deux étages. Et on le voit grâce aux deux étages superposés de fenêtres. Observez ces fenêtres sur la gauche. Nous avons une très haute porte-fenêtre s’ouvrant sur un balcon et au-dessus une fenêtre ovale inscrite dans un encadrement de marbre rectangulaire. Il s’agit encore une fois d’un principe souvent appliqué par Hildebrandt pour montrer la grande hauteur d’une pièce. Et nous retrouverons ce système dans plusieurs de ses bâtiments.
Vous remarquez que les fenêtres ovales sont aveugles c’est-à-dire que le verre est remplacé par un miroir. Pourquoi donc avoir mis de fausses fenêtres qui semblent au premier abord inutiles ? Tout simplement pour conserver un effet de symétrie. Vous voyez également qu’à l’emplacement des grandes portes-fenêtres, l’architecte a posé des lambris de marbre richement décorés Ils sont exceptionnels avec leurs deux couleurs de marbres différents et les arabesques centrales dorés rappelant les ornements de l’escalier. Mais comment peut-on obtenir des couleurs si variées et surtout exécuter dans le marbre des arabesques si fines ? Vous l’avez sans doute déjà deviné. Il ne s’agit pas de marbre, mais de stuc qui fut poli plusieurs fois afin de briller comme le marbre. Au centre, en face de l’endroit où nous sommes, nous voyons une immense cheminée particulièrement mise en valeur par la richesse de son marbre polychrome. Au lieu de mettre un miroir ou un tableau au-dessus, l’architecte a choisi de nouveau un lambris de stuc à l’imitation du marbre. Levez les yeux au dessus de ce lambris et vous verrez deux petits bambins blancs adorables qui encadrent un médaillon doré. Reconnaissez-vous ce médaillon ? Il représente une ville simplifiée dont nous voyons 3 tours. Il s’agit des armoiries de la ville de Salzbourg. Mais pourquoi cette cheminée est-elle mise autant en valeur ? Car dans un pays aussi froid en hiver que l’Autriche, vous pouvez vous imaginer que les princes préféraient les célèbres poêles que nous pouvons voir à la résidence dans la vieille ville et qu’une cheminée serait presque inutile. De même, Mirabelle était une résidence d’été qui ne servait qu’à la belle saison. Et bien, tout simplement, la cheminée n’a qu’un but décoratif et Hildebrandt suit en cela un phénomène de mode venu de France.


<< 23 - Les bustes...         25 - La cour intérieure... >>

Sommaire complet du dossier :