Le peintre exceptionnel Paolo Caliari : Véronèse

Le dorsoduro insolite de veronese et du tintoret

Le peintre exceptionnel Paolo Caliari : Véronèse

Élevons notre regard vers les plafonds ; ils ont tous été peints en un extraordinaire cycle pictural qui donne une cohérence de décors unique à Venise. Alors, parlons maintenant de ce peintre exceptionnel, de ce Paolo Caliari, originaire de Vérone, qui s'établit à Venise en 1555 et qui est plus connu sous le nom de Véronèse.
Dès son installation, le peintre est engagé pour réaliser le décor de l'église Saint Sébastien et il y interviendra encore jusque dans les années 1565-1570. L'artiste va consacrer une grande partie de sa vie à orner cette église. Et nous pouvons remercier le commanditaire de l’œuvre, le prieur du couvent et protecteur de Véronèse, de lui avoir laissé toute liberté d'inspiration. Cette liberté dans le cadre d’une commande religieuse est chose très rare à l’époque. Elle a permis à Véronèse de transcender son talent. Et pour nous, chose extrêmement intéressante, cet ensemble nous lègue un témoignage complet de ses recherches picturales.

Nous allons à présent évoquer ces recherches, ainsi que les thèmes abordés par le peintre. La première de ses recherches picturales est son goût pour une évocation illusionniste de l'espace. Regardons attentivement et notamment les colonnes : vous voyez ? Les colonnes peintes se confondent avec les vraies colonnes. L'espace architectural se poursuit dans la peinture pour donner plus d'ampleur à l'édifice. Avec Véronèse, le trompe-l’œil est omniprésent. Le peintre reprend à cet égard les préceptes de l'architecture antique. Ces préceptes, il les connaissait bien puisqu'il avait traduit le « traité sur l'Architecture" de Vitruve. Vitruve, architecte romain, avait codifié les règles de son art, au 1er siècle avant Jésus-Christ. Et en matière d'architecture, il fut la source d’informations principales des artistes de la Renaissance italienne.

La deuxième recherche picturale de Véronèse que nous pourrons admirer ici est l'alliance de la luminosité et de la couleur. Portons notre regard sur ces couleurs, vives, claires et parfois acides même : des roses, des jaunes, des bleus clairs, des violets, des rouges vifs et bien sûr du vert, ce fameux "vert Véronèse". Regardez le bien : c’est un vert singulier et profond, surligné de jaune clair, un vert empli de mystère à base de cuivre et d'arsenic... Ce pur plaisir de la couleur est l'un des charmes de l'art de Véronèse. Une multitude de teintes lumineuses provoque un effet irréel intense. Des couleurs complémentaires sont rapprochées les unes des autres pour accroître les contrastes et la luminosité.

Enfin, troisième élément caractéristique de l’œuvre de l'artiste : son goût pour le luxe. Observez maintenant les vêtements. Leur somptuosité symbolise, à nos yeux, l'âge d'or de Venise et le mythe d'une Venise triomphante. L'élégance ne doit pas surprendre : Véronèse s'est imposé comme le peintre de l'aristocratie vénitienne, de ces puissantes familles dont la vie semble être une succession de représentations théâtrales grandiloquentes. Mais cette peinture décorative est aussi le chant du cygne de cette ville. Elle cache le déclin de la cité, déjà amorcé avec la perte progressive de son empire maritime oriental.

Maintenant, attachons-nous à décrire les thèmes couverts par cette œuvre. Il y a trois thèmes picturaux : l'histoire d'Esther, la vie du Christ, et la vie de Saint Sébastien auquel l'église est consacrée. Ces choix sont ceux du commanditaire, le moine qui conçut, l’ensemble du programme iconographique de l'église. À travers ces histoires, il souhaita faire représenter la victoire de la foi sur les hérésies. Ces thèmes sont caractéristiques de la vision picturale de la religion à la Renaissance associant couramment l'Ancien et le Nouveau Testament. Comme le fit Michel-Ange à la Chapelle Sixtine à Rome, l'artiste n'hésite pas à élaborer son œuvre autour de personnages à la fois bibliques, comme les Prophètes et les Pères de l'Eglise, mais aussi, curieusement, païens comme les Sibylles que vous pouvez voir au plafond.


<< 6 - L’histoire de l’Égli...         8 - La Voûte... >>

Sommaire complet du dossier :