La présentation générale de la place de la cathédrale

Le duomo : la cathedrale de florence

La présentation générale de la place de la cathédrale

Etes-vous bien devant la Loggia ? Bien. Regardons-le : l’édifice construit au 14e siècle se compose de 2 arcades perpendiculaires donnant l’une sur la place, l’autre sur la via del Calzaiuoli. Ces arcs en plein cintre, c'est-à-dire semi-circulaires, sont surmontés de fenêtres géminées, à savoir séparées par une colonnette. Alors à quoi servait-elle ? À exposer les enfants perdus ou orphelins.

Et maintenant, retournons-nous sur nous même afin d'embrasser la totalité de la Place de la Cathédrale. Et regardons autour de nous. Etonnant, n’est ce pas ? Visuellement dans un 1er temps, car on voit de vastes monuments multicolores, ornés de toute part, qui sont comme posés sur un pavement gris d'une aridité singulière. Pas d’arbres, pas d'herbes, pas de fleurs. Mais une création urbanistique née de la seule pensée de l'Homme. L'Homme qui domine la nature, donc qui l'annihile. Curieuse conception ? Non. « Conception révolutionnaire » pourrait-on dire davantage. Une conception toute renaissante, où la nature n'a pas sa place. Et maintenant que voyons-nous. Regardons cela plus en détail ? la place est rectangulaire et est entourée de petits immeubles d'époque médiévale et Renaissance. Mais bien, ce qui domine la place, ce sont ces trois bâtiments recouverts de marbres polychromes, à savoir la cathédrale, le campanile qui monte si haut et le baptistère, ce bâtiment circulaire devant la cathédrale. Voyons tout d'abord la cathédrale, majestueuse et monumentale : un édifice qui en impose, comme nous nous en apercevons ici, mais un édifice quasiment disproportionné par rapport à la cité. Ce dont on se rend parfaitement compte lorsque nous le voyons depuis les collines alentour de Florence, notamment depuis le Belvédère de Michel-Ange. Mais il est vrai que la cathédrale de Florence est l'une des plus vastes églises chrétiennes. Ces dimensions sont impressionnantes : 155 mètres de long à opposer au 186 mètres de Saint Pierre de Rome ou au 130 mètres de Notre Dame de Paris ; puis 90 mètres dans sa plus grande largeur ; enfin, 107 mètres de haut jusqu'à la lanterne surmontant la coupole. Elle a été élevée à l'époque médiévale au 14ème siècle, puis poursuivie à la Renaissance au 15ème siècle, en particulier avec la construction de la coupole qui fit son renom. Et enfin, elle a été achevée au 19ème siècle par le placage de la façade. L'intérieur de cet édifice que nous visiterons ensemble est tout aussi impressionnant : à peu près vide de mobiliers, il donne une impression d'immensité. Deux autres bâtiments sont attachés à la cathédrale : le baptistère et le campanile. Un grand mot d'ailleurs que celui « d'attaché » car ni l'un ni l'autre ne sont inscrits dans l'édifice. Eh oui, nous sommes sur une place italienne. Et en Italie, la tradition architecturale veut que le baptistère et le clocher de l'église, le campanile, soient physiquement séparés de l'édifice principal. Le baptistère saint Jean est face à vous: c'est cette construction octogonale ornée de marbres tout comme la cathédrale. Comme son nom l'indique, il avait pour objet de faire baptiser la population florentine comme saint Jean Baptiste le faisait dans le Jourdain en Israël. Élevé au 11ème siècle, il est lui aussi d'époque médiévale ; seule une porte de bronze date de la Renaissance : c'est celle qui fait face à la cathédrale. Nous en reparlerons plus tard lors de sa visite extérieure.

Le campanile, rappelons-le, c'est le terme italien pour signifier le clocher de l'église. Et qui dit clocher, dit tour... C'est bien la tour carrée que vous voyez, quasiment face à vous, accolée à droite de la cathédrale. Elevé au 14ème siècle, il est lui aussi une empreinte du Moyen Age. Et si Florence est la ville de la Renaissance, elle fut aussi une cité médiévale brillante: la meilleure preuve en est cette place ! Car rien, pas même les querelles internes, ne peut empêcher Florence de vouloir devenir la première ville d'Italie, et cela dès l'époque médiévale. Comment? En développant l'industrie et le commerce. Et riche de ses exportations de laine et de ses banques prêtant à l'Europe entière, notamment au pape, la cité se met à construire. Edifices religieux et palais civils s'élèvent pour donner à Florence une image digne de sa prospérité. La Place du Dôme devient alors le centre d'une activité débordante: politiques et artisans florentins de l'époque créent un nouveau monde. La Cathédrale en est le fleuron. « O combien cette œuvre est belle, elle-même le sait », dit Vasari, peintre et historien d'art florentin du 16ème siècle. Toute l'arrogance de Florence résumée ici en cet édifice !


<< 2 - La cathédrale de Flo...         4 - L’histoire de la Cat... >>

Sommaire complet du dossier :