Le Queen’s chapel

Le londres royal: buckingham palace et pall mall.

Le Queen’s chapel

Nous quittons pour un instant le palais et nous nous retournons pour regarder de l'autre coté de Marlborough street.

De l’autre coté de la rue, nous voyons un groupe sculpté en bronze. Il date du début du siècle et est de style « art nouveau ». C'est-à-dire qu’il privilégie les lignes courbes et donne une certaine fluidité à la sculpture. C'est un mémorial dédié à la reine Alexandra du Danemark, épouse du roi Edouard 7, fils de Victoria. Le couple princier puis royal a longtemps habité derrière le mur sur lequel s’appuie le groupe sculpté. C’est Marlborough House, magnifique maison, construite au début du 18e pour le célèbre Marlborough. Celui-ci est devenu duc et pair d'Angleterre pour s'être emparé, en 1705, de Gibraltar. Maintenant, c’est le centre de conférence international du Commonwealth. On aura une bien meilleure vision de l’édifice quand on arrive au coin de la rue Marlborough et de Pall Mall. Nous en reparlerons.
Mais pour l’instant, encore de l'autre côté de la rue, nous voyons une chapelle. C’est le bâtiment à gauche du bronze, à une dizaine de mètres.
C’est la Queen’s chapel. Elle fait partie du Palais St James et a été construite au 17e siècle pour l’épouse de Charles 1er, la princesse Henriette Marie de France. Les plans en furent demandés à un architecte qui travaillait pour le roi, Inigo Jones. Cet homme fut le premier à introduire en Angleterre les recherches de la renaissance classique. Ce style eut comme figure de proue Andrea Palladio, cet architecte vénitien du 16e siècle, qui voulut remettre à la mode le vocabulaire de l'antiquité.

Et c’est pour cela que nous voyons cette chapelle royale surmontée du grand fronton triangulaire au relief important, un peu comme un temple antique. Très sobre dans son décor, sa façade principale présente 2 niveaux de fenêtres. Et regardez l'étage supérieur; l'architecte a encadré une fenêtre au haut semi circulaire avec 2 fenêtres rectangulaires. Et cela, ce motif, c’est la signature très caractéristique de Palladio, dont Inigo Jones était un grand admirateur.
Et figurez vous que cette église, fut, en Angleterre, la première de ce style qui donna naissance à ce qu'on appellera, plus tard, le Néo classicisme. Ce style élégant et clair fut très à la mode au 18ème et se répandit ensuite dans le pays à l'instigation d'une certaine élite qui pensait mettre ainsi en valeur le caractère noble de leur demeure.
En ayant le Mall derrière nous, continuons ensuite tout droit jusqu’aux grilles qui ferment la rue, puis dépassons-les.

Nous sommes maintenant arrivés à l'angle de la rue Marlborough et de la place Pickering.
A notre gauche se trouve Cleveland row. Cette place sert aussi de point d'arrivée à 2 autres artères importantes dont St James street qui est juste en face de l'entrée principale du palais. Allons voir cette entrée
Pour y aller, prenons à gauche. Ne quittons pas ce trottoir. Avançons en longeant les façades du palais jusqu'à la grande porte entourée de tourelles.

Nous voici devant la porte, gardée et encadrée de 2 Tourelles. C'est l'entrée principale du palais
Ce coté du palais est un peu plus hétéroclite que ce que nous avons vu précédemment. On dirait qu'on a fait se joindre plusieurs bâtiments. Cela vient de ce que le bâtiment a subi plusieurs réfections au cours des siècles.
Les fenêtres des façades, très nombreuses, par exemple, sont assez dissemblables. Toutes bordées de pierres blanches, elles servent de décor à la façade, en se détachant violemment sur le rouge de la brique.
Comme tous les bâtiments en briques que nous avons longés pour arriver ici, l'ensemble est surmonté de créneaux. Cette partie est une des plus anciennes du palais. Elle est tout à fait étonnante avec ses tourelles hexagonales qui dominent la rue. Regardons les tourelles. Elles aussi sont percées de plusieurs fenêtres. Elles apportent sûrement beaucoup de lumière à l'intérieur, mais suppriment le rôle défensif que le château devrait avoir. Elles le rendent vulnérable alors que les créneaux semblaient indiquer un château fort.
Mais nous sommes à la Renaissance et les châteaux forts sont passés de mode. On recherche une qualité de vie plus ouverte sur l'extérieur. La transition entre le moyen âge et le 16e passe ici par les multiples ouvertures qui aèrent les espaces intérieurs; mais la cohabitation de styles donne à cet édifice un air de faux un peu kitch, à peine corrigé par le sérieux des plantons qui montent la garde. Ce sont les yeomen ou gardes personnels de la reine.
Les tours encadrent une porte surmontée par un très haut fronton qui abrite une grosse horloge. Le cadran de cette horloge est original par sa forme en losange et par le dessin qu'il porte. En effet, nous voyons dessiné là-haut une rose ou du moins une fleur à 6 pétales inscrite au milieu du cadran.

Si nous nous retournons, nous verrons que la rue qui arrive en face de la porte du palais est St James Street. C'est une rue huppée de Londres. Et elle doit sa renommée à de nombreuses boutiques de luxe fréquentées par l'aristocratie du quartier. De très nombreux clubs en font également la renommée.


<< 11 - Le palais St James...         13 - Le Marlborough Hous... >>

Sommaire complet du dossier :