Le palais Maltais

Le malas trana insolite

Le palais Maltais

Mais laissons Beethoven et revenons sur nos pas. Repassons devant l'entrée de Notre-Dame-sous-la Chaîne. Au-delà de la seconde tour de l'église, nous arrivons devant la façade du Palais Maltais, qui porte le N°2 de la rue Lazenska. Depuis 1990, il joue à nouveau le rôle d'ambassade de l'Ordre de Malte. Mais finalement qui sont ces Chevaliers de Malte ? Au départ, ils se nomment Chevaliers de l'Hôpital-Saint-Jean-de-Jérusalem. Au moment de sa fondation au 12e siècle, cet ordre religieux composé de laïcs s'était fixé pour but d'aider les pèlerins venus en Terre Sainte. Bientôt, avec un autre ordre, les Templiers, ils devinrent le fer de lance de la résistance franque face à la reconquête musulmane. Evincés définitivement de Palestine en 1291, ils s'installèrent à Chypre, puis à Rhodes avant de s'emparer de Malte en 1530. Dès lors, ils sont les Chevaliers de Malte. Aujourd'hui, l'ordre se consacre à des actions caritatives, en secourant les malades, les émigrants, les exilés, et l'enfance abandonnée.
Ce palais-ci date du 18e siècle. Il a été réalisé par l'architecte Scotti. Il est composé de deux ailes. L'autre donne sur la Place du Grand-Prieur que nous verrons tout à l’heure. Le décor de la façade reste très sobre. On peut même dire que l'essentiel de la décoration se trouve au-dessus du portail. Regardez : nous y voyons de beaux vases sculptés. Ils ont été réalisés par l'atelier du sculpteur tchèque Matthias Braun, toujours au 18e siècle.
Voyons quelles sont nos impressions devant ce palais. Tout d’abord, il est à taille humaine. Du coup, sa façade n’est pas aussi austère que ce que nous avons pu voir sur certains grands palais comme le palais Nostic.
Cette façade n’a que 2 niveaux et le rez-de-chaussée est bas par rapport au 1er niveau, l’étage principal, qui –lui- fait plus massif. Tout simplement, cette façade est déséquilibrée. Au point que certains ont fait de Scotti le précurseur de la disharmonie, quel privilège ! dans l'architecture en Bohême.
Maintenant si nous regardons vers le toit, et bien, nous voyons que de hautes lucarnes ont été ménagées dans la toiture dans le seul but d'être vues d’en bas. Elles sont fermées par des fenêtres en œil-de-bœuf.
Finalement, tous ces manquements à la règle ont eu pour résultat de faire du Palais Maltais une sorte d'électron libre dans le paysage architectural de Prague au 18e siècle.
Et c’est peut-être la raison pour laquelle il est considéré comme l’un des palais les plus charmants de Prague.


<< 7 - La rue Lazenska...         9 - La Place du Grand-Pr... >>

Sommaire complet du dossier :