Le palais Wallenstein

Le malas trana insolite

Le palais Wallenstein

En hiver c’est-à-dire entre le 1er novembre et le 31 mars, la visite s’achève ici. Mais en été, entre le 1er avril et le 31 octobre, il est possible de visiter les jardins du Palais Wallenstein. Pour ce faire, il faut faire face à l’église et prendre la rue Letenska située à droite. Il faut ensuite passer sous un petit tunnel, puis continuer sur la rue Letenska jusqu’au N°10. C’est le palais Wallenstein. En passant, on peut s’arrêter pour boire une bière au N°12 sur le trottoir d'en face. Là où se trouve la vieille Brasserie Thomas, fondée en 1352 et toujours en activité.

Aujourd'hui, ce palais accueille le Sénat de la République tchèque et des expositions temporaires. Mais on peut visiter et flâner librement dans les jardins et visiter la très belle loggia qui s'y trouve.
Dirigeons-nous vers cette fameuse loggia. Pour cela, entrons dans le jardin et prenons l'allée qui se trouve à gauche et qui longe le mur d'enceinte. Puis tournons dans la première allée sur notre droite pour rejoindre, entre les haies, une toute place circulaire décorée par une fontaine.

Depuis cette petite place, et en laissant le mur d'enceinte derrière nous, prenons l'allée qui au-delà de la fontaine oblique légèrement vers la gauche. Vous ne pouvez pas la rater, c'est la plus large et en plus, elle est longée, à droite et à gauche, par une série de belles sculptures en bronze. Au fond de cette allée, une grande cour en graviers occupée par des bancs donne accès à la loggia qui ferme la perspective. Prenons cette allée jusqu’à la loggia.

Plus qu'une allée, c'est une haie d'honneur. Une haie soulignée par deux rangées de statues en bronze représentant des dieux païens : Bacchus, Neptune, Hercule, il y en a six en tout. Ces bronzes ont été réalisés par un grand sculpteur de la fin de la Renaissance, Adrian de Vries. Il fut actif à la cour royale de Prague. Malheureusement, la totalité de ces sculptures que vous admirez n’est que des copies, les œuvres originales ont été emportées à Stockholm par les Suédois lors du pillage de Mala Strana et du Château de Prague en 1648.
Vous pouvez maintenant vous asseoir sur l'un des bancs et admirer la loggia juste en face de nous. Nous allons en profiter pour évoquer ce Wallenstein qui défraya tant la chronique au début du 17e siècle.

Wallenstein illustre à lui seul les relations complexes qui existèrent entre les arts et la guerre à l'époque de la guerre de Trente, soit entre 1618 et 1648. Wallenstein est né en Bohême. Après un mariage avantageux, avec une riche et vieille héritière, il se trouve à la tête d'une coquette fortune qu'il va s'employer à faire fructifier en choisissant le bon camp en 1620, celui des Habsbourg et du parti catholique.
Son ascension sera fulgurante, son ambition démesurée comme le palais qu'il décide d'édifier au cœur du quartier de Mala Strana. Ce palais qui nécessitera la destruction de 36 maisons et d'une briqueterie.
Victorieux sur les champs de bataille, croulant sous les titres et les honneurs, grand propriétaire terrien, Wallenstein sut encore se rendre indispensable en organisant sa propre milice qui compta plus de 24 000 hommes ! Tant et si bien que l’homme fut jugé encombrant, sinon dangereux par l’Empereur. Accusé de conjuration par Ferdinand II de Habsbourg, Wallenstein terminera violemment sa vie, assassinée dans son propre lit en 1634.

Indiscutablement, Wallenstein fut un arriviste et son ascension sociale s'exprime aussi par les arts. Il ne fut pas le seul, les Lichtenstein, Piccolomini, Bucquoy sont du même genre. Wallenstein s'en démarque pourtant dans son activité de mécène de grande envergure, novateur et intéressant dans ses choix.
On peut citer son attachement à Johannes Kepler dont il finança des travaux et qui fut son astrologue. Mais l'exemple le plus évident de la qualité de son mécénat reste son palais de Prague et plus particulièrement la loggia qui se trouve dans ce jardin juste devant nous.


<< 15 - L’Eglise St Thomas...         17 - La Loggia du Palais ... >>

Sommaire complet du dossier :