Histoire des puces

Le marche aux puces de saint-ouen

Histoire des puces

Remontons un peu dans le temps et arrêtons-nous en 1841. Sous le règne de Louis Philippe, on décide de reconstruire des fortifications autour de Paris et c’est d’ailleurs à cette occasion que certains villages comme Montmartre ou comme la Chapelle se trouvent rattachés à Paris. Il n'y avait plus d'enceintes défensives depuis le 17° siècle. Louis 14 vainqueur de nombreuses batailles pensait que de telles murailles n'étaient plus nécessaires et les fit détruire. Entre temps, on avait construit une autre enceinte qui s'averra très impopulaire: il s’agit du Mur fiscal des Fermiers Généraux. Il s’agissait tout simplement d’un octroi où toute marchandise qui rentrait dans Paris devait acquitter une taxe. A la révolution, on disait "Contre ce mur, Paris Murmure ". Nous reparlerons de cette taxe plus tard, car elle a joué un rôle très important dans l'histoire des Puces.
Revenons à ces "fortifs" comme le disaient les Parisiens alors. Cette enceinte continue de type Vauban, longue d’une trentaine de kilomètres était surmontée d’une terrasse, et ponctuée de nombreux bastions et de portes. Derrière ces fortifications, il y avait un fossé, une contrescarpe qui sont en fait une simple butte de terre. Et devant cette contrescarpe, il y avait une zone dégagée et non constructible bien évidemment pour que les défenseurs aient une vue lointaine. Cette zone allait jusqu’aux bords de Saint Ouen qui, à cette époque, était un petit village qui vivait surtout de la terre. Toujours est-il que c’est à cet endroit, dans cette zone, que s’installèrent les premiers chiffonniers après la guerre de 1870. Ils furent chassés de Paris par les autorités pour des questions d'hygiène. Souvenons-nous que les grands boulevards parisiens dessinés par Haussmann ont été créés pour assainir la ville en favorisant la circulation de l'air. Plus tard, le Préfet Poubelle continua dans cette lignée en organisant un système de collecte des ordures ménagères et en repoussant au-delà des fortifs toutes les activités insalubres, telle que celle des chiffonniers. La zone fut leur terre d'accueil et pour l’anecdote, c’est d’ailleurs de là que vient l’expression « c’est la zone! » qui désigne un endroit peu accueillant et dépourvu de toute activité. Au départ ils venaient y trier les objets trouvés dans les poubelles parisiennes et ont fini par s'y installer. C’est là que naquit le Marché aux Puces. Et puisqu’on est dans l’anecdote, savez-vous d’où vient ce nom ? Non ? et bien, la petite histoire raconte qu’un jour, un chineur qui observait ce marché à la ferraille et aux vieux chiffons s’exclama : « Mon Dieu ! mais c’est un marché aux Puces » faisant référence aux marchandises qui y étaient proposées et probablement vendues « Puces comprises ». Et puis ce nom est resté. D'ailleurs savez-vous que l'expression Marché aux puces se traduit dans toutes les langues de la même façon ? Flea Market en anglais, Floh Markt en allemand, Mercato delle Pulci en italien, etc. Ce n'est pas un hasard! Eh oui, l'expression est bien née ici, aux abords de Paris puis s'est transmise au reste de la planète.


<< 2 - Le marché aux Puces ...         4 - Le passage Marceau... >>

Sommaire complet du dossier :