La « Merveille » de l’Abbaye

Le mont saint michel

La « Merveille » de l’Abbaye

Bon, maintenant il est temps de continuer à monter cet escalier, à gauche : rendez-vous tout en haut, sur la plate-forme de la tour nord.

Nous y sommes ? Alors, un dernier coup d’œil sur la baie, puis nous sortirons du chemin de ronde en direction de l’abbaye.

Voilà, nous avons quitté le chemin de ronde et nous retrouvons maintenant le haut de la grande rue, devant un petit terrain fermé par une barrière et couvert d’herbe, avec un crucifix au fond sur le mur. Et voyez à droite : c’est la masse impressionnante de l’abbaye, le long de laquelle monte un escalier assez raide qu’on appelle le «grand degré extérieur». Le bâtiment de l’abbaye que l’on voit d’abord, à droite, vous le reconnaissez ? C’est la « Merveille », et on voit maintenant aussi sa longue façade, avec entre les fenêtres toute une série de contreforts. Allons maintenant jusqu’au grand degré extérieur.

Nous voilà au pied de l’escalier ? Bien, alors, nous allons monter et franchir la 1ere porte , celle que l’on voit d’ici, et qui est couverte d’un arc surbaissé.

Maintenant nous sommes au pied de la Merveille. Voyez ses contreforts et sa tourelle d’escalier. Elle longe trois étages de fenêtres : donc trois étages superposés de salles monastiques. On comprend bien la raison de ce drôle de structure. L’abbaye n’ayant pas de place pour s’étendre horizontalement sur son rocher, elle s’est agrandie en hauteur. Et en face de nous, c’est le Châtelet d’entrée, autrement dit la porte fortifiée. Regardons-la à présent. Vous voyez qu’elle est flanquée de 2 tourelles crénelées assez pittoresques avec leurs bandes superposées de granit de 2 couleurs. Au fait, est ce que vous remarquez quelque chose de particulier à propos de ces tours ? Et bien tout simplement, elles ne partent pas directement du niveau du sol, mais elles sont en encorbellement –c’est-à-dire en surplomb. On appelle cela des échauguettes. C’est un procédé de construction typique du 14e siècle, et justement ce châtelet d’entrée date de la fin du 14e siècle. Au fait, regardons tout en haut du châtelet, entre les tours. On voit encore un mâchicoulis. Et donc les projectiles pouvaient tomber drus sur les visiteurs indésirables. D'autre part, la porte pouvait être fermée par une herse de fer.


<< 14 - La Tour-Boucle...         16 - La façade ouest de l... >>

Sommaire complet du dossier :