Le chœur gothique

Le mont saint michel

Le chœur gothique

Il est temps de détourner notre regard de l’église romane, pour nous intéresser maintenant au chœur gothique. Cherchons le meilleur emplacement, ou le plus confortable pour cela.

Et tout d’abord : pourquoi le chœur est-il gothique, plutôt que roman ? Eh bien tout simplement parce que le chœur roman, qui avait été construit en même temps que la nef, ou juste avant elle, s’est effondré, pendant la guerre de 100 ans, en 1421. En fait, on ne sait pas pour quelle raison et qui il faut incriminer, les assiégeants anglais, le vent décoiffant de la baie, ou un défaut de construction, ou un peu des 3: cela restera un mystère. Toujours est-il que les travaux de reconstruction allaient commencer en 1446. L’architecture gothique était alors dans sa dernière phase, celle du gothique flamboyant. A présent, nous allons voir en quoi ce chœur est gothique. Première évidence : l’arc plein cintre ne règne plus : voyez les arcades du chœur, et la forme des fenêtres hautes : c’est désormais l’arc brisé qui domine. Voyez les fenêtres : il n’y a plus de demi-cercles, mais deux arcs de cercle interrompus, d’où le nom d’arc brisé, qui se rejoignent en hauteur. L’arc brisé a été utilisé dans l’art roman, mais c’est l’art gothique qui en a fait un usage plus systématique, et l’a utilisé pour donner un effet de verticalité, de mouvement ascensionnel. L’arc brisé est comme un signe invitant le regard à monter plus haut alors que l’arc en plein cintre nous faisait regarder vers le bas. C’est donc lui surtout qui –au 1er coup d’œil-nous permet d’identifier comme gothique l’intérieur de ce chœur. Et pourtant, ce n’est pas vraiment sa présence qui fait qu’un édifice est gothique ou non. C’est le système de construction de la voûte. Alors, regardons cette voûte. Sous chaque portion de voûte, autrement dit sur chaque travée, on voit une croix de pierre cintrée en forme de X retombant en haut du mur, aux 4 angles de la travée. Précisément entre les fenêtres hautes. Cette croix de pierre est appelée une croisée d’ogives, et la voûte gothique est donc une voûte sur croisée d’ogive. A quoi sert-elle ? Eh bien en fait, le poids de la voûte est coupé en 4 dans les 4 branches d’ogives. Puis elles canalisent les poussées de la voûte vers leurs points de retombée, c'est-à-dire vers les 4 angles de la travée, en haut des murs. Et ces poussées retombent ensuite dans le sol. Mais pour être plus sûr, on rajoute à l’extérieur ces bras de pierre tendus que nous voyons, les arc-boutants. Et avec ce système, les murs latéraux ne servent plus vraiment à supporter les voûtes, et puisqu’ils ne sont plus porteurs, ils peuvent être largement ouverts: les fenêtres s’agrandissent, à chaque niveau, et la lumière entre à flot. Voilà aussi pourquoi, avec l’arc brisé et la voûte d’ogive, la lumière est un autre signe d’identité de l’art gothique. Alors, sans conteste notre chœur du Mont-Saint-Michel est bien gothique.


<< 18 - Le transept de l’Égl...         20 - Le déambulatoire du ... >>

Sommaire complet du dossier :