Le cloitre

Le mont saint michel

Le cloitre

Bon, maintenant nous allons sortir de l’église en descendant les quelques marches que vous voyez sur votre droite, dans ce bas-côté : rendez-vous de l’autre côté de la porte, c’est-à-dire dans le cloître.

Nous sommes maintenant dans le cloître, et c’est sans doute l’un des plus beaux, et des plus élégants des cloîtres gothiques. Il a la particularité d’être construit en plein ciel : au troisième étage du bâtiment dit de la « merveille » dont nous regardions une partie tout à l’heure, en montant vers l’abbaye. Ce jardin au milieu des galeries est donc un jardin suspendu. Faisons quelques pas vers la droite : nous allons y trouver contre le mur de l’église un double banc de pierre percé de 2 orifices. Au-dessus, placée sur le mur, vous verrez une gouttière sculptée.
De quoi s’agit-il donc ? Eh bien du lavabo, mais c’est un lavabo un peu particulier, qui n’a pas la forme habituelle d’un large bassin surélevé, au-dessus duquel on vient se laver les mains. Il était en fait destiné au lavement des pieds des moines : une tâche à laquelle se consacrait l’abbé une fois par an. Quand cela ? Et bien le jeudi saint, en signe d’humilité évangélique, et en renouvelant le geste du christ. Et le reste du temps, ce geste symbolique était reproduit une fois par semaine par un moine différent. Bien, maintenant détournons-nous du lavabo , et regardons sur toute sa longueur cette galerie du cloître, et d’abord sa voûte. C’est encore une voûte de bois, en forme de carène de navire renversée. Souvent les galeries des cloîtres, romans ou gothiques ont une voûte de pierre : ici ce n’était pas possible, car le cloître repose sur la salle des Chevaliers, qui elle-même repose sur le cellier ! Il fallait alléger. Au fait, et le jardin du cloître ? Eh bien lui aussi, avec sa fine couche de terre repose sur les voûtes de la salle des chevaliers que nous verrons plus tard.


<< 21 - Transition architect...         23 - La galerie ouest... >>

Sommaire complet du dossier :