La galerie ouest

Le mont saint michel

La galerie ouest

Maintenant, revenons sur nos pas et nous allons aller au bout de cette galerie qui longe l’église. Dépassons la porte d’accès à l’église et rendons-nous au bout de la galerie, à l’angle de la galerie suivante.

Voilà, nous étions dans la galerie sud, et nous voyons maintenant la galerie ouest.
Avant de quitter cette galerie sud, celle donc qui longe l’église, remarquez qu’on y trouve une porte, fermée, près de l’endroit où nous sommes, et près de cette porte, 2 niches creusées dans l’épaisseur du mur. Ces niches sont elles-mêmes fermées par des portes. Eh bien la porte donnait accès au dortoir, et les niches étaient l’Armarium, l’armoire à livres des moines. Bref, cet endroit illustre les 2 fonctions du cloître : circuler entre les différents bâtiments monastiques et l’église; et d’autre part méditer, et lire l’écriture sainte en déambulant dans les galeries du cloître. Les livres étaient pris, et remis dans cette armoire. Maintenant nous allons avancer un peu dans la galerie ouest, jusqu’à cette large ouverture, que nous voyons déjà à gauche, fermée par une vitre, et qui semble donner sur le ciel.

Étonnante fenêtre, et vue unique depuis un cloître ! Le ciel en effet, puisque nous sommes au 3e étage ; et puis on voit aussi la baie à perte de vue, en direction de la Bretagne. Et enfin, regardez vers le bas : on voit une petite partie des jardins de l’abbaye. Regardons maintenant cette triple fenêtre : elle se compose en fait de 2 fenêtres, avec entre elles une porte ouvrant sur le vide. Cela devait être la triple ouverture de la salle capitulaire qui est le lieu où les moines se réunissent en présence de l’abbé, pour débattre des affaires de l’abbaye. Mais le projet a été abandonné. Maintenant, tournons le dos à la fenêtre. Regardons les motifs sculptés dans la pierre. On les voit au-dessus des arcades du cloître et aussi entre elles, au niveau de la retombée de l’arc. Vous les voyez ? Il y a des personnages mutilés, décapités, de grandes rosaces formées d’enroulement de feuillage. Et regardez au-dessus : il y a une frise continue de petites rosaces sculptées. Si vous faites attention, vous verrez que se dissimulent ici et là quelques visages. Un décor sculpté très raffiné, et sculpté il est vrai dans la pierre de Caen, plus tendre que le granit. Mais au fait, ces arcades du cloître, vous constatez, depuis le début, qu’elles sont disposées en 2 séries parallèles : l’une donnant sur la galerie, et l’autre sur le jardin. De sorte qu’on a à chaque fois devant soi, non pas une arcade, mais 2, disposées en profondeur. À vrai dire, ce n’est pas rare dans l’architecture des cloîtres, romans, ou gothiques : car les unes reçoivent la voûte de la galerie, et les autres portent le toit. Mais ce qui est rare, c’est que ces arcades ne soient pas alignées, mais comme ici décalées. L’effet est particulièrement original. Et en plus, l’écartement entre ces 2 séries d’arcades étant assez important, il a été voûté, avec des voûtes sur croisée d’ogive, miniatures, et triangulaires ! Du grand raffinement !


<< 22 - Le cloitre...         24 - La galerie nord... >>

Sommaire complet du dossier :