Les stèles funéraires de l’époque punique

Le musee archeologique de tripoli

Les stèles funéraires de l’époque punique

Passez à présent dans la salle N°6. C’est une petite salle toute en longueur. Consacrée à la période punique et arrêtez-vous au pied de l’escalier. Quelques stèles sont accrochées au mur et regardons plus particulièrement celle qui fait face à l’escalier. Il s’agit de stèles funéraires datant de l’époque punique, c'est-à-dire de l’époque qui précède celle de la présence romaine. Comment le sait- on ? C’est simple ! Elles portent toutes le signe de Tanit, une déesse carthaginoise. Ce signe est omniprésent dans l’art punique dès le 4ème siècle avant notre ère.
Cela nous donne l’occasion de parler de Carthage. Car bien avant que la Tripolitaine ne passe aux Romains, cette région avait été occupée et mise en valeur par des populations étrangères à la Libye .Les 1ers arrivés furent les Phéniciens, qui y établirent des comptoirs qui devinrent de petites villes voir de très grandes villes comme le fut Carthage. Nous sommes alors au 6ème-5ème siècle avant notre ère. Cette civilisation carthaginoise fut appelée « Punique » car les phéniciens, les créateurs de Carthage donc, étaient connus pour l’exploitation d’un coquillage –le murex- d’où était extrait un pigment rouge pourpre, « punicus » en latin. Mais revenons à Tanit : Tanit était une divinité féminine. Elle était l’épouse du dieu Baal Hamon et formait avec lui le couple divin suprême. Portez votre attention sur ces dessins représentés sur les stèles. Vous en avez un sous les yeux ? Comme vous le voyez, le signe de Tanit se compose d’un triangle, qui représente son corps, d’une barre horizontale, qui figure ses bras, et l’ensemble est surmonté d’un cercle, qui représente sa tête. De temps à autre, à chacun de ses côtés et dans ses mains, on peut voir des éléments végétaux, attributs de cette déesse de la fertilité. De nombreuses stèles ont été retrouvées dans le cimetière punique de Sabratha.


<< 9 - Le site de Sluntha...         11 - L’agora de Cyrène... >>

Sommaire complet du dossier :