Les sculptures Cyrène

Le musee archeologique de tripoli

Les sculptures Cyrène

Rendez-vous à présent dans la salle 8 qui est à gauche de l’entrée : elle renferme un magnifique groupe sculpté qui représente les 3 Grâces

Nous voici devant le groupe sculpté. En fait, le musée de Tripoli possède peu d’œuvres sculptées de Cyrène, car ce site possède son propre musée, un musée extrêmement riche et intéressant. Ce groupe de marbre représente les 3 grâces qui sont 3 sœurs : Euphrosyne, Thalie et Aglaé, divinités gréco-romaines de la beauté. Ce groupe date du 2ème siècle, c'est-à-dire de l’époque romaine de la cité. Dans cette cité, 3 groupes représentant le même thème ont été retrouvés. Faites d’abord le tour de ces délicieuses beautés, au charme sensuel. La finesse du marbre blanc contribue à donner l’illusion de la douceur de leur peau. En particulier, voyez la douceur des traits du visage de celle du milieu. S’il fallait donner une définition du mot « Grâce », ce serait cette image.

Maintenant, si vous êtes face au visage de la Grâce, approchez-vous sur votre droite des 2 sculptures féminines présentées à mi-corps. Là, c’est un tout autre style : on voit deux femmes de forte carrure et plutôt costaudes. Celle de gauche est énigmatique : on ne voit ni son visage ni ses bras. Celle de droite nous est dévoilée : les traits sont forts, pas très gracieux et les bras ressemblent à des bras de lutteurs. Bref, un contraste saisissant à côté des 3 Grâces vues auparavant. Que sait-on de ces statues ? On les a trouvées –avec de nombreuses autres identiques- dans une immense nécropole de 1200 tombes qui borde l’antique cité de Cyrène. Elles datent du 4ème siècle avant notre ère et sont donc de facture grecque.
Ces statues funéraires étaient placées sur le toit des mausolées, sur les sarcophages ou dans des niches, à l’intérieur des hypogées qui sont les tombes souterraines. On a voulu y reconnaître Perséphone, la déesse du monde souterrain, cette déesse des Enfers qui séjournait 6 mois dans le monde des vivants, et 6 mois dans le monde des morts. Ainsi, elle voilerait son visage pour indiquer sa double appartenance, aux Enfers et à la Terre. Car, après leur mort, leur visage se décompose et perd les traits qui font qu’on le reconnait.


<< 13 - La maquette du templ...         15 - Leptis Magna : forum... >>

Sommaire complet du dossier :