Septime et sa famille assistés à un sacrifice de taureau

Le musee archeologique de tripoli

Septime et sa famille assistés à un sacrifice de taureau

A présent, tournez vous votre droite et allez vers le mur où on voit Septime et sa famille assister à un sacrifice de taureau.
Regardez Septime : là encore, on le reconnaît à sa barbe mais aussi à son bâton de grand pontife qu’il tient à la main. Le grand pontife est le chef religieux suprême. Et à ce sujet, il faut savoir plusieurs choses : 6 ans avant d’arriver au pouvoir impérial, Septime épousa Julia Domna, une ambitieuse princesse syrienne, fille du grand prêtre de Baal à Emèse, aujourd’hui Homs en Syrie. Et à la suite de son mariage, Septime s’était tourné vers la philosophie et les religions de l’orient. D’ailleurs sous son règne triomphera le culte de Mithra : un dieu oriental qui demandait –contrairement aux dieux romains habituels- à ce qu’on ne croit qu’en lui. Autre caractéristique de Mithra : il promettait une vie dans l’au-delà. Ce que ne faisaient pas du tout les dieux romains. Bref, Mithra sèmera les graines de l’espérance dans un au-delà et aussi l’idée qu’il valait mieux ne croire qu’en un dieu si on voulait en profiter. Et une autre religion venue d’orient –le christianisme- saura un siècle plus tard récolter une partie des fruits ainsi semés par Septime. Mais revenons à ce sacrifice. La famille impériale est assistée de nombreux personnages, notables et divinités tutélaires. Regardez maintenant à droite de la composition : la scène du sacrifice a commencé. Un homme est agenouillé devant le taureau qui a déjà été égorgé. Il est l’assistant du prêtre vers lequel il dirige son regard. Le prêtre lève une massue, prêt à donner le coup de grâce à l’animal.


<< 27 - La Famille de Septim...         29 - Etude stylistique... >>

Sommaire complet du dossier :