Etude stylistique

Le musee archeologique de tripoli

Etude stylistique

Que peut-on dire du style de ces frises. Très moyen dirions nous. 1er point : la composition est peu inventive, voir même rétrograde. Cela se voit dans la façon dont les personnages sont figurés : Septime est toujours représenté de la même manière. 2ème point : notez aussi la frontalité des personnages, bien éloignée de la grâce affectée et d’une certaine forme de naturalisme du style hellénistique vu auparavant. 3ème point : les artistes ont ici renoncés à l’usage de la perspective : rappelez-vous les 4 chevaux alignés du quadrige de la 1ère frise, la superposition des figurants en registres superposés. Et il nous faudra ensuite attendre la fin du moyen âge et la Renaissance pour que ces notions soient réintroduites et maîtrisées à nouveau : la frontalité froide –si chère aux futurs byzantins- cèdera en occident la place au naturalisme, puis viendra une personnalisation plus forte des personnages, une inventivité et une variété de compositions et enfin la redécouverte de la perspective. Bon, cela dit nous critiquons peut-être un peu trop ces frises, car après tout elles étaient placées dans les parties hautes de l’arc. Et donc, le coté schématique de ces compositions répond parfaitement à son but : à savoir une lecture et une compréhension aisées des scènes, dans le but de leur identification et tout cela à la gloire de la famille impériale !


<< 28 - Septime et sa famill...         30 - La salle byzantine... >>

Sommaire complet du dossier :