La barrière de chœur 

Le musée d'art religieux et d'art mosan (maram)

La barrière de chœur 

Et maintenant, regardons derrière la vitrine du triptyque, contre le mur. Il s’élève une architecture de pierre. Ce sont les restes d’un cancel autrement appelé « barrière de chœur ». C’est donc le reste d’une petite architecture qui fermait le chœur de l’église aux fidèles. Une protection en quelque sort de l’espace sacré où s’élevait l’autel. Cette frise, où vous pouvez percevoir l’aboutissement circulaire d’anciennes colonnettes, date de la deuxième moitié du 12e siècle. Voyez son décor et regardez en particulier aux angles et à hauteur des sommets de colonnes : on voit un décor formé de végétaux avec des grandes feuilles, formant des palmettes et des crosses. Dans ces entrelacs végétaux, vous constaterez à divers endroits la présence d’animaux, aux prises avec cette végétation abondante, étouffante presque. Ce genre de motif est assez fréquent à l’époque romane. Sans doute a-t-il un caractère essentiellement ornemental. Mais on voit parfois dans ces animaux des images de l’âme humaine, ou plus généralement de la vie, aux prises avec le monde chaotique évoqué par les végétaux entremêlés. L’homme doit apprendre à tailler, couper, élaguer, se faire sa place, bref, se construire au cœur d’un monde en perpétuelle réorganisation. Cela dit, le végétal comme ornement est aussi important. L’époque romane était très sensible aux beautés du monde et à son ornementation : les végétaux, les pierres, les animaux… Il existe d’ailleurs des traités sur l’ornementation du monde. Le fait d’ornementer les architectures religieuses par des motifs naturels fait des églises des images du monde, de l’univers en général.

Notons enfin que vous avez ici l’illustration d’une des grandes caractéristiques de la sculpture romane : l’horreur du vide. Le sculpteur roman ne laisse aucun espace vide, tout est rempli, foisonnant. C’est à lui d’utiliser la forme de son support le mieux possible, afin de donner aussi l’image la mieux équilibrée. Et à ce titre, l’effet que nous voyons ici est bien réussi.


<< 19 - Le reliquaire de la ...         21 - Décors d’émaux... >>

Sommaire complet du dossier :