Le vitrail roman du 13e siècle

Le musée d'art religieux et d'art mosan (maram)

Le vitrail roman du 13e siècle

Tout au fond de la pièce se dresse un beau reste de vitrail du 13e siècle, représentant une crucifixion. Si de grands ensembles de vitraux existent encore dans certaines grandes églises, en France notamment, la chose est plus rare dans ces régions. Ce morceau de vitrail-ci vient de Westphalie.

De près, on peut ainsi bien voir la méthode de construction : les pièces de verre colorées et cuites sont enchâssées dans des tringles de plomb ayant une section en forme de la lettre « H ». Donc on insère le verre et ensuite les lèvres de la tringle sont simplement écrasées contre les pièces de verre, afin de la faire tenir. Le vitrail est donc une vitre assez « molle », qui a besoin d’être renforcée. C’est pourquoi on place des barres transversales, qu’on appelle les barlotières, et qui viennent rigidifier l’ensemble. Parlons des couleurs : comment les obtient-on ? En fait, les pièces de verre sont colorées une première fois en plaçant sur du verre blanc une poudre minérale qui fond à la cuisson et ait corps ave le verre, les dessins – traits du visage, doigts, plis des vêtements, etc – sont le fruit d’une deuxième intervention sur le verre. Le vitraillier dessine les traits au pinceau, puis fait une nouvelle fois cuir l’ensemble.


<< 22 - Le Christ de Rausa...         24 - Les statues de Saint... >>

Sommaire complet du dossier :