Le tableau Giotto

Le musee des offices de florence

Le tableau Giotto

Regardons maintenant Giotto, le dernier des 3 tableaux. Il se trouve donc au centre, face à l’entrée.

Dans cette œuvre datée de 1310, l’artiste s’est affranchi de ces prédécesseurs. Regardons en quoi.

Déjà, 1er élément : les proportions du trône sont vraisemblables et sont en harmonie avec la taille des personnages
Ensuite, 2ème élément : il organise son tableau selon les lois de la perspective, ce qui constitue une grande nouveauté. Regardez comme la cour céleste des anges est représentée avec un rendu plus réaliste. Ainsi, les auréoles des anges du 1er plan cachent de manière réaliste le visage des anges placés derrière eux. De même, les côtés du trône creusent l’espace ou tout du moins donnent une notion de 3ème dimension.
Enfin, et c’est le 3ème élément, certainement le plus important: notez comme Giotto donne à ses personnages une réalité physique. Avant, dans le style byzantin, les personnages étaient plutôt représentés de façon symbolique. Alors qu’ici, on devine un vrai corps sous les longues robes des anges, sous celle de la Vierge. Elle ressemble moins à une statue que dans les œuvres antérieures. Notez la représentation de sa poitrine, qui est un autre élément de son caractère humain et maternel. Bernard Berenson, éminent spécialiste de la peinture florentine, a donné le terme de « valeurs tactiles » à cette façon dont Giotto rend avec vérité le vêtement, son plissé, la façon de révéler les corps.

Il faut aussi regarder sur les visages. Voyez avec quelle recherche de naturalisme le peintre rend le modelé des visages. Approchez-vous et regardez attentivement ces visages. Voyez comme certaines parties sont plus éclairées que d’autres : certaines reçoivent la lumière, d’autres restent dans l’ombre. C’est le clair-obscur, procédé qu’exploiteront les peintres après Giotto. Prenez le temps de bien les regarder.


<< 7 - La Maestà de Duccio ...         9 - L’Annonciation de Si... >>

Sommaire complet du dossier :