Les œuvres du 16ème siècle

Le musee des offices de florence

Les œuvres du 16ème siècle

A votre droite, s’ouvre une succession de 4 salles de dimensions diverses. Vous les traverserez à votre rythme. Elles regroupent de nombreuses œuvres du 16e siècle, couvrant les écoles du nord de l’Italie, la dernière de ces salles étant réservée à Véronèse, peintre vénitien de la 2e moitié de ce siècle. Nous nous retrouverons après la dernière salle, dans le couloir vitré

Vous êtes de nouveau dans le couloir. Nous allons maintenant nous rendre dans la salle consacrée au Caravage, qui sera notre dernière salle commentée. Pour cela, il faut descendre l’escalier qui est signalé plus loin, sur la gauche. Des flèches indiquent la direction de la sortie. Il faut donc descendre plusieurs volées de marches. Puis, traverser des salles occupées occasionnellement par des expositions temporaires. La salle qui nous intéresse est après ce déplacement, la 1 ère salle de peinture à l’étage inférieur.

C’est avec cet artiste contestataire et révolutionnaire que nous achèverons notre visite des offices. Rejoignez le mur du fond et placez-vous devant ce tableau où figure un beau jeune homme représentant Bacchus, dieu du vin. Il est reconnaissable par ses attributs : Sur sa tête, une magnifique couronne de feuilles de vigne où pendent quelques grappes de raisin noir. Il tient délicatement une coupe de verre empli du breuvage divin. Regardez en bas à gauche. Vous voyez que, à cette coupe, répond une carafe, elle aussi en verre, elle aussi emplie de ce même liquide. La représentation du jeune dieu est particulière. Une sensualité provocante en émane. Regardez son bras et plus particulièrement son épaule et son biceps. Voyez comme cette partie de son corps est musclée et contraste avec son torse lisse, imberbe et les traits enfantins de son visage poupin. Portez votre attention sur ce visage. Il parait fardé. Les paupières semblent lourdes sur ses yeux éteints. L’ivresse a pris possession de son esprit. Avec cette œuvre de jeunesse, Caravage va révolutionner la tradition picturale italienne et européenne. Pourquoi ? Et bien parce que, à l’idéalisme, il oppose un réalisme soutenu. Ses modèles seront ses amants, issus des gens du peuple, des gens ordinaires. Ils seront, non sans scandale, les interprètes de l’histoire sainte. Issus des faubourgs de Rome, une prostituée sera le modèle de la Vierge, un va nu-pied celui d’un apôtre…
Caravage est le 1er peintre de la réalité. Regardez la superbe nature morte du 1 er plan. Notez la façon dont les ustensiles de verre accrochent la lumière ; cela est rendu remarquablement, avec délicatesse et justesse. C’est à ce genre de détail qu’on juge de la maîtrise d’un artiste. Un artiste très prometteur, car il s’agit ici d’une œuvre d’un jeune peintre qui a 20 ans.


<< 29 - La salle 29 : Peintu...         31 - Le sacrifice d’Isaac... >>

Sommaire complet du dossier :