Le tableau de Guerchin 

Le palais et la galerie doria pamphilj

Le tableau de Guerchin 

Allons maintenant à la découverte d’un artiste qui a une utilisation de la lumière tout à fait différente de celle de Carrache ou de Claude Lorrain.
Il s’agit du Guerchin. Arrêtons-nous maintenant devant son tableau portant le numéro « i 28 », toujours sur le même mur.

Ce tableau au Numéro « i 28 » représente des personnages extraits du poème «La Jérusalem délivrée» écrit par Torquato Tasso, dit « Le Tasse ». Il s’agit d’une des œuvres les plus importantes de la littérature italienne, achevée vers 1575. Le thème de la Jérusalem délivrée fut inspiré par la pression croissante des Turcs en Méditerranée, ressuscitant des rêves de croisades. Le tableau représente un passage de ce poème épique où « Herminie retrouve Tancrède blessé» alors qu’il participait au siège de Jérusalem. Le Guerchin était originaire de la région de Ferrare. Or, il y avait à Ferrare un style de peinture tout à fait particulier, qui fleurit au 16ème siècle, et qui l’inspira profondément. Il se caractérise, comme nous le voyons ici, par une recherche très intense des contrastes colorés, d’une luminosité tout à fait artificielle.
Au lieu d’une source de lumière unique, comme chez Carrache et les classiques, cette lumière est projetée en éclats multiples et contrastés sur de nombreuses parties des corps et des vêtements. Un vent, non moins artificiel et violent soulève les drapés, emporte les nuages, étire les branches de l’arbre, alors que les chevelures restent sans mouvement, et les visages sans expression véritable. C’est comme si la stupeur et la découverte tragique avaient saisis les personnages et les avaient coupé du monde. Pour certains spectateurs, tout cet ensemble suscite une émotion violente, en rapport avec le drame représenté. Mais pour d’autres, les bizarreries d’éclairage et de mouvements donnent à l’ensemble un côté trop théâtral et trop étrange. De même, ils trouvent que l’expression d’Herminie, visage fermé impénétrable, n’est pas en ligne avec le drame que cette théâtralisation suggère. Ce à quoi les admirateurs répondent qu’on est juste au moment précédent l’explosion de tristesse d’Herminie. C’est à vous de voir ce que vous ressentez.


<< 9 - Le tableau de Paris ...         11 - La salle Vélasquez... >>

Sommaire complet du dossier :