L’œuvre de Jan Breughel

Le palais et la galerie doria pamphilj

L’œuvre de Jan Breughel

En ressortant de la salle Aldobrandini, nous nous retrouverons dans la dernière galerie. Nous nous y engagerons, pour nous arrêter devant une œuvre de Jan Breughel, et portant le numéro s95, l’allégorie du feu. Elle se trouve sur le mur de gauche.

Jan Breughel est un des fils de Bruegel l’Ancien, et s’était spécialisé notamment dans la peinture de fleurs et les sujets allégoriques, très prisés par la bourgeoisie flamande du temps. A cette époque encore, à l’aube du 17èeme siècle, les artistes flamands étaient toujours appréciés en Italie, pour la richesse des couleurs de leurs tableaux. Et aussi pour la le coté touffu de certaines de leurs compositions. Celle ci en est un bon exemple et on ne peut pas manquer de voir le contraste important avec un Carrache où la composition est bien agencée et faite de peu de personnages. Ici, l’œil est happé par de multiples points et c’est la profusion qui est le mot qui vient spontanément à l’esprit.
Et outre la variété des personnages, observez de fait la grande variété des tons et des petites touches colorées, ainsi que la variété des éclats lumineux à travers l’ensemble du tableau.

L’œuvre est une allégorie du feu. Trois autres tableaux, qui lui font pendant, représentent les trois autres éléments : l’air, l’eau et la terre.

Un peu plus loin, le s96, par exemple, est l’allégorie de l’eau. Ces trois derniers éléments sont évoqués sous la forme de femmes entourées de fleurs symboliques. Pour le feu, c’est différent. Jan Breughel reprend le thème la déesse Vénus en visite dans la forge de son mari, le dieu Vulcain. A droite, des personnages travaillent le métal, pendant qu’au centre, Vulcain montre à Vénus et à l’amour des objets de métal, produits de la forge. Le volcan, à droite, évoque encore le feu.

Ces tableaux sont hautement symboliques. Le choix des thèmes le souligne déjà. La bourgeoisie cultivée de l’époque se plaisait à y décrypter différents niveaux de lecture, aidés parfois par des recueils de symboles.

Si le décor et les objets sont de Jan Breughel, les personnages ont été réalisés par un autre artiste : Hendrick van Balen, plus spécialisé dans les figures. Nous avons déjà évoqué ce type de collaboration au début de notre visite.
Avec cette œuvre, nous terminons notre découverte de la galerie Doria Pamhilj. Au bout de cette aile, à gauche, vous retrouverez la porte vous menant à la librairie et à la sortie. Mais bien entendu, vous pouvez refaire un dernier petit tour pour revoir ces chefs-d'œuvre.


<< 16 - La salle Aldobrandin...         

Sommaire complet du dossier :