L’église des jésuites

Le quartier de la cathedrale de vienne

L’église des jésuites

Maintenant, faites un demi-tour sur votre droite, et contemplez l’église des Jésuites.
Plus que l’église, c’est tout le quartier qui était « jésuite ». D’ailleurs sur la droite de l’église vous voyez un bâtiment austère qui ferme le côté de la place : c’est la maison professe, l’ancien collège des jésuites.
Des Jésuites appelés aussi la Compagnie de Jésus- fut fondé en 1534 par Ignace de Loyola. Cet ordre très important est né dans un contexte historique mouvementé, marqué par la déchirure de l'Eglise entre protestants et catholiques. Le but assigné aux jésuites par le pape fut dès sa création très clair : "défendre et protéger la foi" en luttant contre la réforme protestante. En Europe centrale, ils devinrent le fer de lance de la reconquête catholique et la dynastie des Habsbourgs les épaula jusqu’à la fin du 18e siècle. Ainsi, dès 1622, la Compagnie de Jésus contrôlait la prestigieuse Université de Prague aux dépens des ordres traditionnels comme les franciscains et les dominicains. L’année suivante, c’est l’université de Vienne qui leur fut confiée par Ferdinand 2. On l’aura compris, soutenus financièrement à la fois par le pape, l'empereur et la noblesse catholique, les Jésuites détenaient des pouvoirs considérables, parmi lesquels l’enseignement. Mais un enseignement adapté à son époque dont l’objet n’était pas la quête des vérités abstraites ou spéculatives comme dans les universités d’antan. Non, l’enseignement chez les Jésuites avait pour but de façonner le caractère de l’étudiant pour le rendre apte à la vie active dès la fin de son cursus soit vers l’âge 20 ans et non pas vers 40 ans comme dans le passé. Aujourd’hui, on ne saurait imaginer d’éducation sans répartir les élèves par classes, les faire passer d’une classe à l’autre, au sein d’un système reposant sur des diplômes autant de règles instituées par les collèges jésuites. Très rapidement, leur réputation fut établie, sollicités comme on a peine à imaginer, surtout par de riches laïcs et notables soucieux de faire accéder leur progéniture aux plus hautes fonctions. Il est vrai que l’exemple venait d’en haut, ainsi l’empereur Ferdinand 2 de Habsbourg, pourfendeur de la Réforme protestante, ne fut-il pas éduqué par les Jésuites ? A l’époque l’ascenseur social passait par les jésuites ! Les jésuites, quant à eux, se servirent de l’éducation comme d’une sorte de courroie de transmission qui leur permît d’accéder à la société civile et de renforcer davantage encore leur pouvoir.


<< 17 - L’Académie des scien...         19 - L’histoire de la fon... >>

Sommaire complet du dossier :