L’opéra national de Bavière

Le quartier de la residence princiere

L’opéra national de Bavière

Quand nous sommes face au roi, regardons maintenant au fond de la place.
Nous voyons un immense bâtiment en forme de temple antique avec un grand fronton triangulaire soutenu par une rangée de hautes colonnes. En fait, nous voyons deux frontons triangulaires presque superposés : le premier sculpté porté par les colonnes et le second polychrome et un peu à l’arrière-plan. Cette construction est due au roi Maximilien Joseph et abrite l’opéra national de Bavière.
Parlons en un peu plus en détail car c’est un lieu très important pour la culture locale et nous pouvons même dire pour la culture allemande en général. Dans ce théâtre se produisent chaque année d’immenses chanteurs comme Cécilia Bartoli et de grand chefs d’orchestre internationaux. Mais revenons un instant sur cette façade. Approchez-vous un instant pour mieux saisir la décoration des frontons.

L’entrée de ce théâtre est réellement empreinte de majesté avec ses immenses colonnes de pierre qui s’élèvent sur toute la hauteur de la façade. Levez les yeux vers le fronton porté justement par cette colonnade. Il faut avouer qu’il est un peu trop rigide avec ses figures de pierre très stylisées. Pourtant, il rappelle les sculptures antiques qui elles aussi sont parfois un peu figées. Regardez au centre: nous voyons un homme assis jouant de la lyre. Il s’agit naturellement d’Apollon, le dieu des arts et de la musique. Il est entouré de figures féminines. Portez votre regard vers celle assise à l’extrême droite. Avez-vous remarqué qu’elle tient un masque dans une main ? Il s’agit de la muse du théâtre dramatique. Apollon est entouré des Muses. Ces dernières sont les suivantes d’Apollon et personnifient les différentes disciplines artistiques : musique, poésie, drame, histoire, etc.La scène représentée ici est absolument traditionnelle pour un théâtre : Apollon et les Muses.
Mais regardons maintenant le second fronton polychrome avec son fond réalisé en mosaïque d’or. Nous voyons au centre un cheval ailé bondissant au milieu de femmes pourvues d’ailes de papillon dans le dos. Une charmante scène n’est ce pas ? Mais que vient faire ce cheval ailé au fronton d’un théâtre ? Il s’agit de Pégase, cheval magique aussi rapide que le vent. Selon la mythologie grecque, il aurait un jour frappé de son sabot le mont Hélicon, domaine des muses protectrices des arts. De ce coup de sabot, jaillit la source Hippocrène où s’abreuvent les poètes qui en tirent leur inspiration. Ainsi Pégase est devenu le symbole de la poésie: or, qu’est-ce que l’opéra ? Du théâtre chanté ou de la poésie mise en musique ! Il est donc bien à sa place ici. Et maintenant, si vous regardez à l’extrême droite comme à l’extrême gauche du fronton, vous apercevez une femme couchée qui tient une cruche renversée d’où jaillit de l’eau. Ces figures symétriques symbolisent une source. Il s’agit d’une part d’une référence à l’histoire de la source Hippocrène mais aussi d’une représentation des deux fleuves coulant en Bavière : le Danube et naturellement l’Isar qui traverse Munich.
Mais de quand date ce théâtre et quelle relation y a-t-il avec le roi Maximilien Joseph ? Et bien, c’est ce roi très cultivé qui commanda cet édifice à un architecte alors âgé de 20 ans : Karl von Fischer. Lors d’un séjour à Paris en 1806, le roi fut fasciné par le nouveau théâtre de l’Odéon, que vous connaissez peut-être et demanda à Fischer de réaliser en plus grand une salle de spectacle semblable. L’opéra de Munich fut construit de 1811 à 1818, un temps de construction très long, mais les travaux avaient été ralentis par les guerres napoléoniennes. Réduit en cendre en 1943 suite à un bombardement, le théâtre fut reconstruit à partir de 1954 à l’identique. Cela dit, malgré sa belle entrée et ses deux frontons superposés, il nous semble qu’il manque un balcon au premier étage pour être vraiment l’opéra idéal. Cependant l’intérieur du théâtre est assez surprenant. La salle est gigantesque avec un décor néo-classique un peu démesuré pour Munich. Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à venir un soir voir une représentation.


<< 3 - La statue Max-Joseph...         5 - La poste principale ... >>

Sommaire complet du dossier :