La rue Ludwig

Le quartier de la residence princiere

La rue Ludwig

Maintenant, continuons notre promenade et ressortons. Et en sortant, prenez sur votre gauche. Au coin de la rue, prenez à gauche pour vous placer devant la façade d’un surprenant bâtiment percé de trois hautes arcades. Il se trouve sur l’Odeonsplatz et abrite de grandes statues militaires.

Êtes-vous bien face aux 3 grandes arcades abritant 3 statues ? Tournez un instant le dos à cette galerie afin de découvrir la somptueuse perspective qui s’ouvre devant nous. Il s’agit de la rue Ludwig.
N’est-ce pas une perspective digne d’une grande métropole ? Nous sommes sur la place dite de l’Odéon qui achève la grande rue Ludwig qui semble partir à l’infini. Sans l’arc de triomphe et toute proportion gardée, l’effet rappelle un peu l’avenue des Champs Elysées qui se termine sur la place de la Concorde. Si vous regardez sur votre gauche, vous voyez une imposante église de couleur jaune-ocre encadrée par deux clochers très originaux. Il s’agit de l’église des Théatins que nous allons visiter dans un instant. Puis après l’église, vous voyez une succession presque ininterrompue de grands bâtiments très classiques qui bordent la rue. Ils sont tous percés d’arcades régulières au rez-de-chaussée et comportent ensuite deux ou trois étages agrémentés de fenêtres alignées avec beaucoup de symétrie. Ces immeubles remontent à la première moitié du 19e siècle et correspondent pour la plupart à d’anciens palais aristocratiques. Maintenant regardez sur votre droite. Face à l’église des Théatins, un peu plus haut dans la rue, s’ouvre un grand arc de triomphe. Il s’agit de la première construction munichoise de Léo von Klenze. Elle date de 1816.. Mais ce porche monumental situé en prolongement de la façade de la résidence n’est pas un monument de triomphe militaire. C’est simplement l’accès au jardin de la cour que nous allons traverser un peu plus tard. Maintenant, pour finir ce tour d’horizon du quartier, regardez tout au fond de la percée de la rue. Vous devez apercevoir au loin un nouvel arc de triomphe. Alors, c’est vrai, il est un peu loin de nous, mais en se concentrant, il est bien visible. Vous le voyez ??
Cet arc fut baptisé la porte de la Victoire, Siegestor en Allemand. Il fut commandé par le roi Louis 1er de Bavière – vous vous souvenez celui de la façade de la résidence que nous avons vue en premier. Il était dédié à l’armée bavaroise qui lutta à la fin des guerres Napoléoniennes contre les Français. De nos jours, cette porte a perdu sa fonction guerrière pour devenir un mémorial à la paix. Un changement d’attribution qui eut lieu après la Seconde Guerre Mondiale. Une inscription fut alors apposée qui dit « consacré à la victoire, détruit par la guerre, invitant à la paix ». Un beau programme qui résume assez l’histoire allemande au 20e siècle. La distance entre notre emplacement et l’arc de triomphe est d’un kilomètre. Mais quand fut percée cette belle artère et par qui ? L’histoire de la rue Ludwig commence en 1808 et s’échelonne sur plusieurs décennies. Louis 1er voulait transformer la vieille capitale bavaroise en une grande cité moderne, reflétant la puissance de la Bavière. Donc très logiquement, en dehors des palais aristocratiques, nous trouvons le long de cette artère tout ce qui fait un état moderne: les bâtiments de l’université, le conservatoire de Musique, des ministères, un théâtre et au bout la résidence royale alors siège du gouvernement.
Traditionnellement, la rue sert de théâtre pour les parades officielles comme pour les funérailles nationales ou, ce qui est plus sympathique : à l’ouverture de la fête de la Bière en octobre. Même si cette avenue fut très endommagée au cours des combats de 1945, elle fut bien restaurée et, avouons-le, elle a fière allure. Du moins à notre avis.


<< 17 - Le palais Preysing...         19 - Le hall des généraux... >>

Sommaire complet du dossier :