Le hall des généraux ou le Feldherrnhalle

Le quartier de la residence princiere

Le hall des généraux ou le Feldherrnhalle

Maintenant, tournons-nous de nouveau vers les arcades qui ferment la perspective derrière nous. Avez-vous déjà vu une construction similaire? Et bien en fait, si vous êtes allés à Florence, vous avez pu admirer le modèle de ce bâtiment : il s’agit de la loge des lanciers présente sur la place de la Seigneurie. Eh oui ! encore et toujours l’Italie dont Louis 1er était un grand admirateur. Contemplons cet imposant monument qui fut surnommé le « hall des généraux» pour honorer l’armée bavaroise. Sa structure très simple lui confère une grande élégance presque martiale. Trois grandes arcades s’ouvrent sur un grand hall ressemblant presque à un podium destiné à mettre en valeur les statues qu’elle abrite. Si vous levez les yeux au dessus des arcs pour observer le toit, vous découvrez à nouveau un élément typiquement italien que l’on appelle justement une terrasse à l’italienne. C'est-à-dire que le toit est plat et protégé tout autour par une balustrade. Vous pouvez vous imaginer que cette toiture ne correspond absolument pas au climat local. Même si Munich est localisée au sud de l’Allemagne, la ville subit cependant des hivers rudes accompagnés de fortes chutes de neige. Une terrasse comme celle que nous voyons possède l’immense désavantage de retenir la neige entraînant un risque d’effondrement. Mais pour Louis 1er, Munich devait devenir une nouvelle cité de la Renaissance ! Intéressons-nous désormais aux statues exposées.
Au centre, se dresse un imposant groupe de bronze assez guerrier. Mais que représente-t-il exactement ?
Un puissant soldat dénudé et casqué lève fièrement un drapeau en signe de victoire. A sa gauche, une femme le tient aimablement par le bras. Elle est couronnée de laurier et tient une grande palme dans sa main droite. Sa robe est drapée à l’antique ce qui laisse supposer que cette femme est une divinité. Mais quelle divinité peut accompagner un héros et tenir une telle palme ? Il s’agit de la Paix qui accompagne le soldat triomphant après la victoire. Derrière ces 2 figures, nous voyons un lion allongé et bien droit. Il symbolise, comme vous le savez déjà, le royaume de Bavière. Ce monument fut érigé en 1882 pour rappeler les nombreux triomphes de la Bavière et en particulier en 1870 lorsque le pays s’était rallié à la Prusse dans la guerre contre la France. Regardons maintenant le personnage de gauche vêtu d’une armure et dressé sur un socle. Nous pouvons lire sur ce dernier IOH Tzerklas Graf von Tilly. Graf signifie comte. Ce personnage fut l’un des plus grands stratèges de l’histoire bavaroise.
Né au château de Tilly dans le Brabant, il entra en 1610 au service de Maximilien 1er de Bavière qui le chargea de réorganiser l’armée bavaroise. En 1618 lorsqu’éclata la Guerre de Trente Ans qui allait opposer les catholiques impériaux aux protestants, il prit le commandement des troupes impériales et collectionna les victoires : il écrasa les Danois, puis le roi de Suède. Pendant 13 ans, il ne cessa pas de combattre, prenant les villes les unes après les autres jusqu’à sa mort en 1631. Il décéda des suites d’une grave blessure. Avec un tel passé militaire, il était normal que le pays lui rende hommage dans le hall des généraux. Surtout que par la suite, la Bavière ne remporta aucune grande victoire dans son histoire.
Regardons maintenant le personnage placé en pendant à droite.
Nous pouvons lire son nom sur le haut socle : Fürst Karl Wrede. Le mot Fürst signifie prince.
Fils d’un simple fonctionnaire, il fit une carrière prodigieuse qui le conduisit au grade de major général en 1800. Il devint le commandant des troupes bavaroises alliées à Napoléon pendant les campagnes d’Autriche et de Russie. Peu avant la célèbre bataille des Nations près de Leipzig en 1813, bataille qui mit fin aux succès de Napoléon, Wrede dirigea les troupes bavaroises qui s’étaient retournées contre la France. La même année, Wrede obtint les titres de Prince et de maréchal de camp. Il mourut en 1838 comme diplomate.


<< 18 - La rue Ludwig ...         20 - L’église des Théatin... >>

Sommaire complet du dossier :