L’histoire de l’église des Théatins

Le quartier de la residence princiere

L’histoire de l’église des Théatins

Avant d’identifier les 4 grandes statues de la façade, permettez-nous de dire quelques mots sur l’origine de ce sanctuaire qui doit sa création à un vœu pieux. Alors voilà : nous sommes en 1650 et le prince de Bavière Ferdinand Maria épouse Henriette Adélaide de Savoie. Enfin, en 1662, naquit Maximilien Emmanuel qui allait devenir l’un des grands souverains de Bavière. Et pour remercier le Seigneur de la tardive et heureuse naissance, le couple décida de bâtir cette nouvelle église. La princesse Henriette Adélaide avait grandi à la cour de Savoie qui était célèbre pour son faste. C’est cette dame qui introduisit l’art baroque en Bavière. Mais pourquoi l’église est-elle appelée église des Théatins ? Et bien, regardez la statue placée dans la niche à gauche du portail d’entrée. Il s’agit d’un ecclésiastique tenant la bible ouverte dans ses mains. Si vous levez les yeux directement au-dessus de la niche, vous voyez un relief sculpté rectangulaire, avec, au centre, des palmettes et une corne d’abondance. Et bien la corne d’abondance est l’attribut de Saint Kajetan qui a pris place dans la niche. Ce saint est le patron de l’église. D’accord ! Mais quel est le rapport avec les Théatins, nous direz vous ? Et bien quelques mots sur ce kajetan. Il naquit en 1480 à Vicence. Rapidement, il fut attiré par les ordres et devint secrétaire du pape. En 1516, il fut ordonné prêtre et s’occupa essentiellement des malades et des pauvres. En 1524, il fonda la congrégation des Théatins qui se répandit rapidement dans toute l’Italie et devint presque aussi importante que l’ordre des Jésuites. Tandis que les Jésuites s’occupaient de l’éducation en fondant des lycées, les Théatins s’orientèrent vers l’aide aux indigents : malades, vieillards, orphelins et pauvres. Le but fondamental de ces deux ordres était de recatholiser l’Europe secouée au début du 17e siècle par la réforme protestante. La famille de Savoie dont était membre la princesse était très liée aux Théatins et Adélaide avait reçu un confesseur de cet ordre. Il est donc compréhensible qu’elle ait choisi ce saint comme patron de l’église. Regardez maintenant la statue debout dans la niche de droite. Nous voyons encore un prêtre, mais cette fois-ci avec une mitre sur la tête. Il s’agit donc d’un évêque. Au dessus de la niche, le relief sculpté montre une épée, attribut de cet évêque. Il s’agit de Saint Maximilien évêque de Lorch en Autriche qui fut décapité en 284. Il est placé ici car il est le saint patron du prince héritier Maximilien Emmanuel. Regardons pour finir les deux statues trônant au premier étage sous le fronton. Il s’agit tout simplement des saints patrons du couple princier. Dans la niche de gauche, nous voyons une femme couronnée. Il s’agit de Sainte Adélaide. Dans la niche de droite : un soldat en armure et également couronné : Saint Ferdinand. En résumé, nous avons ici une iconographie traditionnelle pour une église baroque édifiée par un couple princier. Les souverains ont apposé sur la façade leurs saints patrons pour prouver leur ferveur religieuse. De plus, la princesse a profité de l’occasion pour faire venir à Munich l’ordre qui lui était le plus proche depuis sa tendre enfance en Italie.


<< 20 - L’église des Théatin...         22 - L’intérieur de l’égl... >>

Sommaire complet du dossier :