L’interieur de Kunsthaus

Le quartier de la residence princiere

L’interieur de Kunsthaus

Nous vous invitons à entrer dans le hall qui permet d’admirer la grande salle centrale qui a été entièrement restaurée dans son style de 1937. Elle présente l’un des meilleurs exemples d’architecture intérieure de l’époque du nazisme. Montez les marches et dirigez-vous vers la grande salle percée d’une immense porte encadrée de marbre rouge. Elle est exactement au centre du bâtiment et s’ouvre droit devant vous après avoir franchi l’entrée.

La première chose que nous pouvons dire c’est que les Nazis appréciaient le gigantisme ! Les portes et les ouvertures à droite et à gauche donnant dans les salles d’exposition sont réellement aménagées pour des géants. Quant à la décoration particulièrement minimaliste : elle est d’une grande froideur. Heureusement, l’architecte eut l’idée de recouvrir les embrassements de porte à l’aide de marbre rouge ce qui permit de donner un peu de couleur à ce vaste frigidaire. Ces encadrements sont également typiques de la période. En effet, il n’y a pas d’ornements inutiles ou de colonnes décoratives. Mais la décoration est réalisée en mettant en avant les structures qui portent l’ensemble. Il s’agit de donner une impression de force, de grandeur, d’invincibilité, conformément à l’idéologie nazie. Mais qui fut l’architecte ? Paul Ludwig Troost, le protégé d’Hitler avant Albert Speer. Dès la prise de pouvoir du dictateur, Troost fut couvert de commandes, dont l’aménagement des appartements d’Hitler à la chancellerie berlinoise. Son style se caractérise par la pureté des lignes droites comme ici et par une transposition en gigantesque des éléments du style art déco des années 1920. Mais d’où pouvait lui venir cette inspiration art déco ? Troost commença sa carrière dans les années 1920 et fut l’un des architectes les plus recherchés pour la décoration des paquebots transatlantiques de la compagnie Llyod. D’ailleurs en réfléchissant bien cette salle rappelle un peu les halls de paquebot.


<< 33 - Le Kunsthaus...         35 - Fin de la promenade... >>

Sommaire complet du dossier :