Vers les Jardins de Vrtba

Le quartier de mala strana : du chateau au jardin de vrtba

Vers les Jardins de Vrtba

Et maintenant, remontons la rue Letenska pour retourner sur la place Malastrana.
Nous voici revenus sur la Place de Mala Strana. Ici, nous vous invitons à un exercice contemplatif : embrasser le quartier de Mala Strana depuis les terrasses d'un jardin secret, le jardin Vrtba. Ce jardin est payant, mais vaut la peine d’être vu. Pour nous y rendre, il suffit d'emprunter la rue Karmelistka qui se trouve de l'autre côté de la place, c'est à dire sur notre gauche si nous regardons vers la coupole de l'Eglise Saint-Nicolas. Rejoignons donc la rue Karmelistka.
Le plus simple est de faire le tour de la place Mala Strana dans le sens des aiguilles d’une montre. En venant de la rue Letenska, il suffit de tourner à gauche sous les arcades de la place et de continuer.

L'entrée du Jardin de Vrtba se trouve au N°25 de la rue Karmelitska, sur le trottoir de droite.

Nous voici arrivés devant le N°25 de la rue Karmelitskà. Sans en avoir l'air, derrière le porche se trouve l'un des endroits les plus secrets de Prague, le jardin de Vrtba.
Passons sous le porche, puis traversons une cour au fond de laquelle se trouve un portail couronné d'une sculpture représentant le dieu Atlas portant l'univers.
L'entrée des jardins et la billetterie se trouvent juste après ce portail, sur la droite.
Traversons, maintenant ce pavillon décoré au 18e siècle de peintures murales et ouvert sur une cour. À droite, à gauche, sur les hauteurs, tout autour de nous se déploie le jardin de Vrtba.

Le jardin de Vrtba porte le nom de l'aristocrate qui en décida la création au début du 18e siècle. Fantaisie, caprice baroque comment dire ? La composition du jardin est basée sur l'échelonnement des terrasses. On passe d'une terrasse à l'autre au moyen de petits escaliers, des petits kiosques se cachent dans la végétation et une armée de statues veille sur cet envoûtant théâtre végétal. Alors il faut monter, gravir les terrasses, une par une, s'amuser de tant de liberté comme on le faisait sans doute déjà au 18e siècle. Monter encore, pour admirer Mala Strana sous un autre jour, mais avec cette fois les toits si proches et le Château au fond dans le lointain.


<< 20 - L’Eglise de Saint-Th...         

Sommaire complet du dossier :