Le fameux jubé

Le titien a l'église sainte marie glorieuse des franciscains

Le fameux jubé

Approchons nous maintenant du jubé.

Parlons un instant du jubé. Ce jubé avait pour objectif de séparer le clergé de la foule, c'est-à-dire l'Eglise des fidèles. Et celui des Frari est le dernier que l'on puisse encore voir à Venise. « Pourquoi ? » nous direz-vous. Et bien parce qu'ils ont tous été retirés à partir du Concile de Trente, dans la volonté de réunifier l'Eglise en un seul corps pour rapprocher les fidèles des religieux. Cela ne s’est pas fait tout seul : il a fallu que les protestants mettent cette bizarrerie en avant pour que l’église se penche sur la question. Avant cela, la messe se déroulait dans un enclos et était invisible et inaudible aux fidèles qui patientaient dans la nef qu’un clerc veuille bien leur retransmettre. Ce clerc s’appelait "jube", d'où le nom de "jubé".

Le chœur des religieux est donc ici constitué de ce fameux jubé ou clôture et de stalles, sièges sur lesquels s'appuyaient les clercs. Le jubé que vous pouvez admirer a été achevé en 1475. Il mesure 7 mètres de haut. Il est en marbre blanc. C’est une œuvre de deux sculpteurs vénitiens qui ont aussi travaillé pour l'église dominicaine Saints Jean et Paul. Ces deux artistes sont Bartolomeo Bon et Pietro Lombardo, les deux plus grands sculpteurs vénitiens du 15e siècle dont on retrouve les oeuvres dans tout Venise. Bartolomeo Bon est le plus grand représentant du style gothique vénitien. Et le gothique vénitien, qui est comme le chant du cygne du gothique en Europe, est le style le plus caractéristique et omniprésent des palais vénitiens. Pietro Lombardo, fondateur d'une lignée de sculpteurs et d'architectes, est l'un des précurseurs du style Renaissance. C’est ainsi que le premier a commencé la clôture en style gothique et que le second l'a achevée en style Renaissance. L'ouvrage est, de fait, typique de la 1ère Renaissance vénitienne. Tout d’abord par l’adoption d’une symétrie équilibrant totalement l’œuvre devenant ainsi presque froide. Mais aussi par l’utilisation d’éléments architecturaux antiquisants comme les pilastres ou l’arc en plein cintre. Regardons maintenant les traces du gothique vénitien. Et tout d’abord, qu’est-ce que le gothique vénitien ? Ce style gothique, aussi appelé « fleuri », est spécifique à Venise. Il se caractérise par un enrichissement des parties sculptées - d'une œuvre d'art ou d'une architecture - d’une ornementation florale exubérante : étranges fleurs en bouton, trèfles à quatre feuilles, ramifications végétales capricieuses. Ce langage fleuri, plein de volutes et de lignes frémissantes, typique de Bartolomeo Bon, se retrouve, sur ce jubé, dans tout l’encadrement, sur les pilastres, mais aussi sur les frises du bas et du haut, et, enfin à la base des deux petites chaires situées aux angles de cette oeuvre.
Maintenant, regardez les médaillons hexagonaux situés dans la partie basse de la clôture. Vous y voyez des personnages en bas-relief. Ils représentent les 12 Prophètes. Remarquez qu'ils regardent tous vers le haut, vers le Christ crucifié. Ils annoncent le Christ et la Passion, caractéristique essentielle des Prophètes. Ils font le lien entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Quatre statues sont situées au niveau intermédiaire : elles représentent les 4 Evangélistes. Enfin, la Vierge Marie et l'apôtre Jean entourent la Croix du Christ.


<< 4 - L’intérieur de l’égl...         6 - La Sacristie... >>

Sommaire complet du dossier :