Style architectural de la colonne de Marie

Le vieux munich : la marienplatz et ses monuments

Style architectural de la colonne de Marie

Êtes vous au centre de la place et au pied de l’immense colonne de marbre rose supportant une vierge dorée dressée sur un croissant de lune ?
Alors, débutons justement notre promenade par cet imposant monument et admirons tout d’abord son haut socle rectangulaire. Nous voyons qu’il est orné de 4 sculptures de bronze quasiment identiques et placées respectivement à chaque angle. Faites une fois le tour du socle pour contempler ces 4 chefs-d'œuvre de bronze.

Ces sculptures, exécutées en 1590, ne sont-elles pas ravissantes et en même temps dramatiques ? Il y a un véritable contraste entre l’aspect jovial de ces angelots bien joufflus revêtus d’une armure et d’un casque romain et la violence de leur geste qui consiste à terrasser un serpent ou un dragon. Mais, observez bien la puissance du mouvement se dégageant de ces œuvres. Fixez-vous sur une face. Tantôt l’ange s’apprête à percer d’une lance le monstre tombé à ses pieds, tantôt il dresse avec fureur son épée tout en se protégeant avec un bouclier. Malgré le visage poupin des angelots et leur petite taille, l’artiste a su rendre à la perfection la violence de l’action. Regardez notamment les gestes pleins d’emphase : ils donnent l’impression que les angelots puisent leurs dernières forces et que les angelots prennent de l’élan. Mais regardez aussi les plis de la jupe : ils semblent gonflés par le vent provoqué par leurs mouvements qui du coup paraissent furieux. Mais que peuvent bien signifier ces étranges scènes ? Il s’agit d’une iconographie traditionnelle à l’époque baroque. Les monstres représentent les principaux maux contemporains que combattent des anges célestes : la famine, la guerre, la peste et l’hérésie ! Par hérésie, il faut comprendre le protestantisme contre lequel les Bavarois - restés catholiques - luttèrent pendant tout le 17e siècle. Au centre du socle s’élève la colonne proprement dite qui supporte à son sommet la protectrice de Munich : la Vierge ! Levez les yeux vers cette dernière entièrement recouverte de feuilles d’or. Elle est un peu rigide ne trouvez vous pas ? Marie est montrée comme la Reine des Cieux. Enveloppée dans un long manteau, elle porte sur sa tête une couronne royale et tient dans une main un sceptre. Elle symbolise à nouveau la victoire des catholiques sur les protestants. Elle se dresse sur un croissant de lune faisant allusion à la femme de l’apocalypse décrite dans l’Évangile de Saint-Jean. En effet, dans ce dernier texte, l’apôtre fait allusion à un dragon à 7 têtes qui frappe de sa queue les étoiles quand apparut sur un croissant de lune la femme de l’apocalypse. Au 17e siècle, les artistes assimilèrent souvent cette apparition à la vierge pour montrer le triomphe de la foi catholique sur le dragon protestant.


<< 2 - Le Vieux Munich, la ...         4 - L’histoire de la co... >>

Sommaire complet du dossier :