L’intérieur de l’Eglise du Saint Esprit

Le vieux munich : la marienplatz et ses monuments

L’intérieur de l’Eglise du Saint Esprit

Mais après toutes ces explications sur l’art baroque, vous allez être surpris en entendant la date de construction de cette façade : 1885 ! Et oui !! Nous sommes en fait devant une façade néo-baroque réalisée à la fin du 19e siècle. En revanche, l’intérieur de l’église présente encore une décoration remontant à la première moitié du 18e siècle. Nous vous invitons désormais à découvrir cette dernière. Pour entrer dans l’église, déplacez-vous vers la gauche quand vous regardez la façade. Vous tournez sur la gauche et empruntez la première porte à l’angle.

Placez-vous au milieu de l’église, c'est-à-dire au centre de la nef centrale sous la plus grande fresque peinte sur le plafond.

Levez les yeux vers le plafond. La richesse de l’ornementation avec ses stucs verts, jaunes et roses anglais ainsi que les magnifiques fresques peintes sont tout simplement époustouflantes. Non ? Ce n’est pas votre avis ? Et bien avant de parler plus en détail de ce trésor, nous pouvons vous avouer que tout ceci est neuf et date du début des années 1970. Suite à un bombardement en 1945, l’intérieur du sanctuaire fut entièrement anéanti et seuls les murs extérieurs restèrent debout. Mais grâce aux restes trouvés dans les décombres et à des photographies prises avant la guerre, il fut possible de reconstituer avec précision le décor exécuté à partir de 1727. Saisissons du regard l’ensemble de cette église. Nous avons une église halle à trois nefs. Pourquoi dit église halle ? Et bien parce que les trois nefs sont à la même hauteur. La nef centrale dans laquelle nous nous tenons est simplement séparée des deux autres par une rangée de hauts piliers à droite et à gauche. Cette structure se retrouve très souvent dans les églises allemandes et surtout à Munich. En France ou en Italie par exemple, le plan est plus souvent basilical. Avec une nef centrale nettement plus haute que les nefs latérales. Alors l’avantage du plan en halle, c’est qu’il permet de laisser pénétrer la lumière en abondance dans les trois nefs et d’éviter que la nef centrale soit presque plongée dans l’obscurité. Et reconnaissons aussi qu’il y a moins de soleil dans les pays du nord et que c’est finalement assez logique qu’ils adoptent ce plan.
La structure architecturale de l’église du Saint Esprit remonte en réalité au 14e siècle et seul le décor sculpté polychrome fut rajouté par la suite. C’est ce que les historiens appellent « baroquiser  une église ». A l’origine, l’église plus petite fut construite pour servir de paroisse à un hôpital édifié à cet emplacement vers 1232. En 1327 un incendie détruisit l’hôpital et sa chapelle et c’est alors que fut décidée la construction de ce magnifique sanctuaire en forme de grande halle à colonnes. Ensuite, le clergé décida dans la première moitié du 18e siècle, de baroquiser l’intérieur pour le mettre au goût du jour et d’ajouter ainsi le somptueux décor que nous admirons. Pour ce faire, la structure gothique a été entièrement masquée par un revêtement de stuc ou de plâtre blanc sur lequel furent appliqués les ornements sculptés et peints. Si vous levez les yeux vers la voûte, vous pouvez encore distinguer des arcs partant des piliers à droite et à gauche et se rejoignant vers le milieu du plafond. Et bien ces arcs sont ceux du Moyen Âge. Néanmoins afin de créer des surfaces plates nécessaires aux grandes compositions peintes au centre de la voûte principale, les artistes ont simplement posé sur les arcatures un coffrage de bois plat qui fut recouvert uniformément d’une couche de stuc poli. Astucieux n’est ce pas ? Cette technique était très fréquente au 18e siècle et permettait ainsi de moderniser une église sans avoir à détruire le gros œuvre du Moyen Âge.
Essayons maintenant de déterminer les caractéristiques décoratives de cette église. Avez-vous déjà remarqué qu’une grande clarté se détache de l’espace ? Pourquoi ? Eh bien seulement, les nefs sont percées de grandes baies vitrées, mais surtout les murs et les pilastres sont peints en blanc. Le décor polychrome qui, dans le cas du baroque est parfois un peu oppressant ne commence qu’à partir des chapiteaux des pilastres et au-dessus des fenêtres. En gros, il est quasi limité à la voûte. Ce principe est caractéristique de nombreuses églises baroques bavaroises à partir des années 1720. Le visiteur ressent de ce fait une impression de légèreté et non plus d’écrasement comme dans les lourdes églises baroques du 17e siècle.
La légèreté est également soulignée par l’emploi de couleurs pâles et tendre comme le rose anglais, le vert amande et le jaune qui remplace l’or trop brillant. Malgré leur abondance, les éléments décoratifs sont toujours disposés avec symétrie pour créer une harmonie d’ensemble et ne pas donner une impression de fouillis.
Regardez par exemple l’un des piliers à droite ou à gauche de la nef principale où nous sommes. Nous remarquons qu’il s’élève uniformément blanc, puis juste sous le chapiteau nous voyons un fin motif d’arabesque peint en jaune. Vous le voyez ?? Cette arabesque se constitue de palmettes et de formes en « C ». Nous retrouverons ce motif développé un peu partout au plafond. Puis, au-dessus de ce charmant motif, repose le chapiteau, qui lui est peint en rose et est constitué à nouveau de palmettes et d’enroulement. Puis nous avons une structure peinte en bleu pâle et blanc sur laquelle reposent les arcs du plafond. Si vous regardez un autre pilier, vous remarquerez qu’il est identique. Nous avons un véritable effet miroir entre tous les supports de l’église.


<< 12 - L’Eglise du Saint Es...         14 - La voûte de l’Eglise... >>

Sommaire complet du dossier :