La demeure des Ruffini

Le vieux munich : la marienplatz et ses monuments

La demeure des Ruffini

Prenez un peu de temps avant de sortir de l’église pour admirer les multiples autels latéraux qui se situent dans les nefs latérales à droite et à gauche. Puis sortez et allez devant la façade de l’église pour continuer vers la plus célèbre église de Munich, un chef-d'œuvre absolu du baroque : l’église construite par les frères Asam et dédiée à saint Jean Népomucène.

Retournez-vous vers la place de Marie. Quand vous avez la façade de l’église Saint Pierre dans le dos, vous tournez vers la droite et reprenez la rue Rindermarkt jusqu’à la place. Vous vous arrêterez au commencement de la rue sur la place.

Quand vous avez la Rindermarkt dans le dos, tournez à gauche et longez les maisons de la Marienplatz jusqu’à la prochaine rue s’ouvrant à votre gauche. Il s’agit de la Rosenstrasse.

Prenez la Rosenstrasse jusqu’à un bâtiment dont la façade est excessivement décorée et qui forme presque un triangle entre 2 rues. L’une de ces rues est en prolongement de la Rosenstrasse et prend le nom de Sendlinger Strasse. Elle passe à droite de la demeure.

Êtes-vous devant la façade très ornée ? La sedlinger strasse est à droite quand nous regardons la demeure qui porte le numéro 1 Sedlinger strasse. Il s’agit de la demeure dite des Ruffini. Ce bâtiment construit en 1905 est du à un grand architecte munichois Gabriel von Seidl qui fut couvert d’honneur de son vivant. Il fut ainsi membre d’honneur de l’académie des Beaux arts et citoyens d’honneur de Munich. Ingénieur de formation, il se tourna vers l’architecture pour devenir le chef de fil du mouvement éclectique surnommé ici « historisme ». Quelles sont les caractéristiques de ce style ? Et bien vous les avez devant les yeux : une abondance de décorations et d’ornements superflus, ainsi qu’un mélange d’éléments repris aux styles plus anciens comme le Baroque, le gothique ou la Renaissance.
Tandis que le rez-de-chaussée est occupé par des arcades s’achevant en demi-lune et abritant des magasins, les 3 étages supérieurs renferment des appartements. Les angles de l’immeuble sont mis en relief grâce à des oriels – vous savez, ce sont ces balcons fermés en forme de tour - rappelant un peu la brasserie de la cour. Ces avancées furent naturellement inspirées par la Renaissance allemande. Maintenant, si on regarde la façade donnant sur la Sedlinger strasse, nous retrouvons une ornementation qui nous fait penser aux églises baroques visitées précédemment. Voyez notamment entre les fenêtres du premier et du second étage : il y pend une lourde guirlande de fleurs réalisées en stuc. De même, nous voyons une surabondance de cartouches polychromes en stucs. Pour finir, Seidl a utilisé des éléments inspirés par la vie quotidienne paysanne. Regardez les deux reliefs qui encadrent les deux fenêtres du premier étage. Ils représentent simplement des travaux des champs ou des fêtes campagnardes. Voyez-vous par exemple, les cerfs tirant un char sur le relief de gauche ? Cette demeure est l’une des rares qui a échappé aux bombardements de la Seconde Guerre et permet ainsi de nous faire une idée de l’architecture traditionnelle munichoise


<< 20 - La coupole de l’Egli...         22 - L’Eglise Saint Jean... >>

Sommaire complet du dossier :