L’Eglise des Baux de Provence

Les baux de provence

L’Eglise des Baux de Provence

Continuer vers la façade principale de l'église dont vous voyez le perron sur votre gauche.

Parlons un peu de cette église des Baux, dédiée à st Vincent. On y accède par le perron élevé, assez récent, en haut duquel vous voyez un portail très simple : il n’y a qu’une seule porte et elle est surmontée d'arcs en plein cintre à 3 voussures qui retombent sur de fines colonnes qui du 12e. Rappelons qu’un arc en plein cintre est un arc qui a la forme d’un demi-tonneau. C’est caractéristique de l’art roman. L'église est très ancienne et elle remonte à la période carolingienne, au 10e siècle en fait. Mais, elle a été remaniée à de nombreuses périodes et garde des vestiges de toutes ses campagnes de construction.
Maintenant, entrez dans l'édifice.

Nous sommes dans la nef principale. Observons-la. Tout à l’heure à l’entrée, nous avions vu que la porte était surmontée d’un arc qui formait un demi-cercle. Ici, au dessus de nos têtes, l’arc formé par la voûte est légèrement brisé au centre. Du coup, très logiquement, on dit que c’est une voûte à berceau brisé. Elle date du 12e siècle et est de style roman. Parlons un peu de cette architecture médiévale. Alors, voilà : quand vous êtes entré dans l'église, n’avez-vous pas été surpris par le manque de lumière ? Ceci est bien une des caractéristiques de ces églises romanes provençales où l'on a vraiment l'impression que le soleil n’est pas le bienvenu à l'intérieur des édifices. En fait, c'est surtout dû aux caractéristiques mêmes de l'art roman provençal qui privilégie le côté solide de l'édifice au détriment de la lumière. La voûte romane repose sur l'entière surface des murs et les architectes ont peur de voir s'effondrer l'édifice s'ils percent trop de baies ou de trop grandes baies. L'esprit médiéval aussi participe à cette impression de manque de clarté. C'est une spiritualité de recueillement, d'intériorisation de la prière qui trouve dans l'ombre fraîche de l'église les moyens de son expression. Car la foi a plusieurs façons de s’exprimer et ces façons varient suivant les époques. La foi catholique chrétienne par exemple a donc eu des périodes où on insistait sur le recueillement, d’autres sur la pitié, d’autres sur la souffrance, d’autres sur l’exaltation. Et l’art et l’architecture suivront ces pratiques. Mais ici, disons pour résumer que l’architecture romane pouvait remercier la foi de privilégier la pénombre car l’architecture aurait été bien en peine de donner beaucoup de lumière. Elle devra attendre le gothique pour cela.


<< 7 - Le musée Yves Brayer...         9 - Le chœur de l’Eglise... >>

Sommaire complet du dossier :