Sir Francis Drake

Les bords de la tamise du pont du millenium au pont de londres

Sir Francis Drake

Nous allons maintenant nous rendre sur les quais. Et continuons tout droit jusqu’au quai situé au bout de Clink Street. Nous arrivons sur les docks St mary Overie. Nous apercevons déjà la coque d’un vieux bateau.
Nous voici sur les docks. Ce quartier a fait partie des docks de Londres. Les docks sont de très grands quais où se trouvaient une grande partie des entrepôts de stockage des marchandises. Ces entrepôts, aujourd’hui détruits pour la plupart, se trouvaient regroupés dans différents sites tout le long des rives droites et gauches du fleuve. Ici, nous sommes à l’entrée des docks de Ste Marie Overie. Regardons le long des berges. Nous voyons des jetées sur pilotis : elles étaient destinées à recevoir les marchandises débarquées des gros bateaux qui avaient trop de tirant d’eau pour s’approcher plus des quais. On les appelle les Piers. Quant aux vraiment très grands bateaux, ils ne pouvaient même pas utiliser ces Piers et restaient au milieu du chenal et l’on était obligé de se servir de barges pour charger et décharger. Les bateaux avaient aussi à tenir compte d’un autre élément important : les marées. Car nous ne sommes pas très loin de la mer et les marées se font sentir assez fortement. Ici, à Ste Marie Overie, les bateaux n’étaient pas très grands. Car les mats des grands bateaux ne pouvaient pas passer sous le London bridge.
Et maintenant, le bateau que nous voyons là, dans son bassin de radoub, est la réplique de celui dont s’est servi Sir Francis Drake pour faire le tour du monde au 16e siècle.
Un mot sur lui : formidable marin, corsaire de sa Majesté, il pourchassait les navires français et Espagnols sur toutes les mers connues. Il est le héros qui mena une escadre de 5 navires vers le Brésil en s'emparant de tous les vaisseaux portugais ou espagnols qu'il rencontrait sur sa route. Les cinq navires qu'il avait affrétés se trouvèrent bientôt réduits à trois. Poussant toujours au Sud, ils furent les premiers bâtiments anglais à s'engager dans le détroit de Magellan. Le navire de Drake fut le seul à s’en sortir. L'un d'eux, le Marigold, périt dans une tempête et l’autre, l'Élisabeth, fit demi tour et revint en Angleterre en juin 1579. Drake, quant à lui, passa le cap Horn puis remonta vers le Nord, puis, puisqu’il passait par là, pilla Valparaiso avant de continuer encore vers le nord avec l'idée de chercher le passage du pôle Nord. Après une navigation de plus de soixante-huit jours à travers le Pacifique, il fit route au milieu des archipels océaniens, se ravitailla à Java (île de l’actuelle Indonésie), et revint en Angleterre par le cap de Bonne-Espérance. Autre haut fait, plus tard, en 1588, il détruisit les restes de l’invincible Armada de Philippe 2 d’Espagne. Après bien des péripéties et encore beaucoup de combats, il mourut en mer en 1594. Ce grand marin permit à l’Angleterre de commencer à asseoir sa suprématie militaire et commerciale sur toutes les mers du globe. Et il est assez émouvant de voir ici le genre de bateau sur lequel il accomplit de tels exploits. Il parait tellement petit ! Le bateau est un musée de la mer que l’on peut visiter.


<< 11 - Le palais londonien ...         13 - La cathédrale de Sou... >>

Sommaire complet du dossier :