Les salles des Momies

Les chefs-d'oeuvre du british museum

Les salles des Momies

Nous quittons maintenant la salle du Parthénon. Nous revenons sur nos pas jusqu'à la salle 4.

Arrivés dans cette salle qui abrite donc la galerie de sculptures égyptiennes, nous prenons vers la gauche. Et nous continuons au fond de la salle, en direction des West Stairs ou escaliers ouest. Au fond de la salle, nous trouvons les escaliers sur notre gauche. Nous les montons pour arriver dans les salles des momies. Ah et aussi : en montant l'escalier ne manquez pas de jeter un œil sur les mosaïques romaines qui y sont exposées. Elles proviennent pour l’essentiel de la ville de Carthage et décoraient le sol de riches villas romaines. Les sujets sont très variés : oiseaux, poissons, scènes narratives ou rinceaux de feuillages.

En haut de l'escalier, entrons dans la salle de gauche au numéro 61. Puis à droite, la salle 62.

Les deux salles que nous allons voir maintenant sont des salles égyptiennes où sont exposées des momies. Nous allons y découvrir comment les Égyptiens enterraient leurs morts. Le British muséum jouit d'un matériel considérable en égyptologie. Cela est bien sûr dû au gouvernorat anglais en Egypte qui perdura jusqu'à l'entre-deux-guerres. En premier lieu, dirigeons-nous vers les vitrines à gauche en entrant. Nous y voyons des momies de jeunes taureaux. Recouvertes de bandelettes, elles ont une position bizarre, car on les a momifié accroupies.
Ces momies de taureaux avaient leurs propres tombes, car l’animal, incarnation du dieu Apis, était vénéré. Memphis, grande ville de la basse Egypte, avait un temple dédié à Apis. Les objets situés dans la vitrine à côté d'eux ont été trouvés dans leur tombe: ce sont les écuelles et petits pots contenant de la nourriture pour qu'ils puissent se nourrir dans l'au-delà. A droite, nous voyons deux petites stèles dédiées au Dieu Apis : elles nous montrent des prêtres en train de lui rendre un culte. Il n'était pas rare de rencontrer des momies d'animaux. Les chats aussi étaient des animaux sacrés, tout comme les crocodiles. La vie après la mort faisait partie des croyances essentielles de la religion Egyptienne. Et il faut bien comprendre que la momification n’avait pas pour but de vouer un culte au mort mais de lui garantir l’espoir d’une vie future. Tournez-vous maintenant et regardez dans la vitrine derrière vous, en face des momies de taureaux et de l’entrée de la salle. Nous allons maintenant essayer de comprendre par quels moyens ils réussissaient à conserver les corps des morts dans un état de vie apparente qui devait permettre au défunt de passer dans l'au-delà avec un corps qui ne se décomposait pas. Nous allons découvrir un à un les sarcophages pour discerner le mystère de cette vie éternelle.

En premier lieu, regardons les 3 grandes caisses de bois peintes sur l'intérieur comme sur l'extérieur et qui nous montrent le domaine des dieux chargés d’accueillir le mort. Vous êtes peut-être surpris par la conservation de la vivacité des couleurs après tant de temps. Mais c’est là l’un des caractères particuliers de l'art Egyptien. Conservés pendant des millénaires à l'abri de la lumière, les couleurs, produites par des pigments de qualité, n'ont pas passé. Regardons maintenant le second sarcophage, beaucoup plus sobre que le premier, son intérieur est peint en blanc. C'est le sarcophage de la momie de Cleopatra, fille de Candace de Thèbes, qui vécut au 3ème siècle de notre ère. Le sarcophage a été retrouvé avec sa momie, dont nous connaissons même le visage puisque la momie était accompagnée d'un masque de carton-pâte peint à son effigie. L'extérieur du sarcophage est recouvert de textes funéraires. Les yeux que vous pouvez voir dans la partie de droite devaient lui permettre de voir dans l'au-delà, puisque les siens étaient fermés à jamais. La forme des sarcophages rectangulaires précède les formes humanisées du nouvel empire.


<< 11 - La grande frise...         13 - Les sarcophages anth... >>

Sommaire complet du dossier :